Publié le 21 Septembre 2017

 

RANDONNEE pédestre DU JEUDI 21 Septembre 2017.

 

Caleyères – Mont Guillaume.

 

1050m de dénivelé – 6h30 de marche – 36 participan(ts-tes).

 

 

  A 7heures15, nous quittons le parking « Lafaille », direction Caleyères et le parking situé au dessous des « Fontainiers ».

 

  A 8heures35 , tout le monde est équipé et nous commençons la randonnée par un chemin (P.R.) très bien tracé et balisé, en sous bois. A 10heures précises, nous voilà à la chapelle des Séyères (2056m) où nous faisons une pause « casse-croûte ».

 

  Nous commençons ensuite l’ascension vers la chapelle joliment rénovée du Mont Guillaume (2542m) que nous atteignons vers midi.

 

  Certains souhaitent descendre en aller/retour par le chemin de montée (option 1). D’autres désirent poursuivre la randonnée en continuant par les crêtes jusqu’au col de « Trempa Latz » (2537m) et descendre jusqu’à la chapelle de Séyères par le vallon -versant Sud- (option 2) ce qui porte le dénivelé à 1050m (il est d’environ 900m pour la première option).

 

  Nous décidons d’abord de déjeuner tous ensemble autour de la chapelle du Mont Guillaume, toujours façon ABRG avec diverses sucreries et après une brève sieste nous prenons le chemin du retour avec un effectif de 8 personnes pour l’option 1 et 28 pour l’option 2.

 

  Les 2 groupes se retrouvent comme convenu, à la chapelle de Séyères. Après une pause « regroupement », nous empruntons le chemin du retour jusqu’aux voitures.

 

  Randonnée très agréable sous un soleil radieux, et toujours dans la bonne humeur et la convivialité, comme d’hab. à l’ABRG.

 

  Merci à toutes et tous pour votre participation et votre bonne humeur.

 

  Merci à :

- Robert, Michel et Jean-Pierre pour leur aide ;

- Eliane et Mady dévouées photographes

 

Gilbert

 

 

  Pour voir les photos cliquez ci-dessous. 

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Embrunais

Publié le 19 Septembre 2017

 

Mardi 19 Septembre 2017

 

Via ferrata la Grande Fistoire

 

6 participants à cette dernière via de l'année. La Grande Fistoire, un classique pour bien terminer. Un tour complet casse-croûte et retour. Dernière via de l'année pas sûr... pour ceux qui seraient intéressés, le Mardi 26 Septembre la via souterraine du Dévoluy est en prévision.

  Pour les photos cliquez ci-dessous. 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 18 Septembre 2017

 

Dimanche 17 septembre 2017

 

 

   Nous sommes 23 pour cette randonnée que nous organisons chaque année avec notre partenaire de la Mutualité Française Hautes–Alpes.

 

   300 m de dénivelé et 7 km permettront à tous de profiter des magnifiques paysages que nous offre le lac de Serre-Ponçon.

 

   Le départ se fait de la Bréole 04 sous un magnifique soleil, et nous avons eu le temps de faire un peu la grasse matinée.

 

   Un peu de montée pour se mettre en jambes, jusqu'aux ruines du château de La Bréole, ensuite c'est une grande descente à travers la forêt qui nous mène sur un très beau "Belvédère" au-dessus du lac.

 

   Le sentier nous mène ensuite jusqu'à la route goudronnée, il est temps de partager l'apéro, avant le repas, et les nombreux desserts qui sont la marque de notre Amicale.

 

   Nous retrouvons nos voitures en suivant la route goudronnée, et avant de se quitter nous faisons un petit saut au belvédère quelques kilomètres en direction de Barcelonnette, pour un dernier regard sur le lac.

 

   Bonne journée pleine de bonne humeur et empreinte d'une grande convivialité.

 

Merci à toutes et tous.

Noel.

  Pour les photos Cliquez ci-dessous. 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Ubaye

Publié le 16 Septembre 2017

 

Saint Christophe en Oisans - 13 au 15 septembre 2017 / 16 participants

 

Mercredi 13 Septembre

  MIROIR des FETOULES, Chabottes, hameau du Puy

 

   Nous partons du parking des Près (1684 m) à 9 h ; temps frais, sans soleil. Au départ un joli sentier qui longe le torrent de la Selle pour arriver au Miroir des Fétoules. Au dessus de celui-ci, une jolie petite cabane sans berger ni moutons. Nous continuons le chemin jusqu’à une table d’orientation où nous pouvons identifier montagnes et glaciers environnants.

 

   Après la pause grignotage, nous repartons sur un sentier plutôt minéral jusqu’au lieu-dit « Chabottes » (2400 m) terme de la montée. Pas d’erreur, mais un petit clin d’oeil à notre champsaurine Roselyne. Ce lieu ne faisant pas l’unanimité pour le repas, nous redescendons à la recherche d’une prairie plus accueillante.

 

   Apéritif, vin, croquants, chocolat rien ne manquait pour le réconfort.Nous reprenons la descente et au niveau du lac, nous bifurquons en direction du hameau du Puy. Cet ancien hameau se compose de maisons en restauration et d’une belle fontaine où nous pouvons faire provision d’eau, le soleil chauffe.

 

   J.Pierre choisit, pour le retour, un chemin d’autrefois plein de charme, au dessus de la vallée du Vénéon. Ce passage par Combe Noire, à flanc de montagne, demandait vigilance avec certains passages scabreux mais si jolis !

 

Hélène et Josyane

 

850 m de D - 10 kms - 6 h de marche.

 

Miroir des Fetoules, 2400 m, Panoramique depuis Chabottes.

 

  Pour les photos du jour cliquez ci-dessous. 

Jeudi 14 septembre 2017

 

Et pourtant, dès l’aube, nos Yogi ont bien fait la salutation au soleil...

 

   Torrents, pluie, capes qui volent, anorak, gants, bonnet, pierrailles de toutes sortes, lauzes, blocs, dalles, richesse minérale exceptionnelle. Echo de bourrasques de vent percutant les parois de la montagne, moraine glaciaire, chamois solitaire, rayon de soleil timide, cascades multiples en pluie, en voile, en « conduite forcée ». Grêle, dernières fleurs de l’été : édelweiss, campanule, épilobe ; dernières brebis philosophes évoluant façon «chenille processionnaire» tout là-haut.

 

   Repluie, recape et nous voilà au refuge d’hiver du Chatelleret, spartiate mais combien apprécié. Accueil par 4 jeunes charmants ; gorgée d’Apremont, pique-nique rapide.

 

   C’est le retour : repluie, recape ; rencontre de 11 ânes résignés attendant leur maître pour redescendre dans la vallée.

 

   Vous secouez le tout... et vous obtenez la rando d’aujourd’hui avec un départ de la Bérarde. Nous nous sommes tous mouillés ou plus, fourbus mais contents !

 

Annie et Geneviève

 

850 m de D - 14 kms - 6 h 30 de marche globale.

 

  Pour les photos cliquez ci-dessous. 

Vendredi 15 septembre 2017.

 

REFUGE de la SELLE par le Vallon du Diable

 

   Lever plein de promesses avec le retour du soleil mais aussi les premières gelées et des voitures bien givrées...

 

   8 h sonne le départ ; bien emmitouflés et parfois avec des chaussures encore humides nous nous engageons au départ de ce long, long vallon, rive droite du torrent qui fait un bruit du diable !

 

   Après 3 h de montée, le terrain se redresse en rencontrant l’ancienne moraine très caillouteuse du glacier de la Selle. A la vue du refuge sur son promontoire, nos pas s’accélèrent et c’est dans l’abri d’hiver, spacieux et accueillant, que nous partageons le dernier buffet.

 

   L’itinéraire de retour est sans surprise, par le même chemin et le même nombre de pas !

 

   La journée se termine dans un bar fort sympathique de St Christophe, en levant le verre de l’amitié pour l’anniversaire de J.Pierre R. dont les yeux pétillaient aujourd’hui en regardant tous ces massifs qu’il connait si bien, heureux de nous faire partager son amour de la haute montagne.

 

1 130 m de D - 15 km - 7 h de marche

 

  Merci particulier à J.Pierre G. qui a conduit, avec abnégation, les 3 randos au relief pas toujours facile ; merci aux participants pour leur persévérance face à une météo peu clémente.

 

Monique

 

Panoramique depuis le refuge de la Selle.

 

  Pour les photos cliquez ci-dessous. 

Passion de la montagne

 

   Comment se fait-il qu’un être aussi sociable, aussi sensible, aussi fragile que l’homme, se laisse si facilement séduire par la solitude, et le silence des champs de glace ? Lui que la mélodie fait tressaillir, et que le froid repousse toujours, comment peut-il s’éprendre des précipices de marbre, des aiguilles délabrées de granit, et des neiges éternelles, c'est-à-dire de ce qu’il y a de plus muet, de plus glacial et de plus morne au monde ? D’où nous vient, en un mot, la passion des montagnes ?

   Comment analyser, comment comprendre le charme toujours nouveau que trouve le cœur humain, l’organe par excellence de la tendresse, à s’exiler dans les glaciers, dans l’éternel hiver et la désolation des monts en ruines, au bord des lacs funèbres et des abîmes en deuil semés de larmes de neige, et le plus loin possible des hommes, là où il n’y en a plus trace ?

   Une fois épris des cimes sauvages et tourmentées qui bondissent vers le ciel, et de leurs rochers noirs entourés de blancheurs éternelles ou de lacs solitaires, on les aime toute sa vie.

   Cette passion ne s’acquiert pas ; on a beau faire, on ne peut pas l’inoculer : elle naît toute seule, naturellement, ou on ne l’a jamais : et il est même heureux qu’elle soit exceptionnelle, car tout vrai montagnard a une tendance à fuir les hommes : c'est un demi-sauvage. (Henry Russell, Souvenirs d’un montagnard)

"La montagne nous offre le décor ... A nous d'inventer l'histoire qui va avec !"

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 16 Septembre 2017

  

8 au 14 septembre 2017.

 

 

Vendredi 8 et Samedi 9 septembre.

  

   Vendredi 13h : la caravane s'ébranle. Itinéraire touristique de Gap aux Estables à travers la Drôme et l'Ardèche. Il fait chaud, le soleil brille...

   Un petit arrêt pour photographier le Gerbier de Jonc et la source de la Loire (la seule, l'authentique, forcément). Nous y reviendrons si la météo le permet.

   Arrivée aux Chalets du Mézenc vers 17h45, et surprise sur le parking ! Deux visages connus nous accueillent : Christine et Michel (Bottega), en route pour la Vendée, font escale aux Estables… une coïncidence, bien sûr… !

 

   Samedi 9 : Retour vers le passé

    Au réveil, le soleil et la chaleur ne sont plus qu'un souvenir. Il pleut à verse... Qu'à cela ne tienne ! Nous allons visiter, au Monastier-sur-Gazeille, le musée de l'Ecole, où un couple courageux et inventif a rassemblé documents et mobilier des écoles de notre enfance.

   Bouffée de nostalgie garantie, et rires aussi quand nous coiffons le bonnet d'âne. Mais tout le monde se tire honorablement de la dictée à la plume sergent-major, et le maniement du boulier est une révélation...

   L'après-midi, un autre univers réveille les souvenirs des plus anciens : la ferme des frères Perrel à Moudeyres. Elle est restée telle qu'ils l'ont laissée en 1974. Et comme ils n'aimaient pas trop la nouveauté, on peut y admirer les lits-clos où l'on dormait assis, le « moine »pour réchauffer les draps, ou à portée de main dans la cuisine le séchoir/fumoir à jambon et saucisson. On termine par la grange immense comme une cathédrale où on peut détailler l'envers du gigantesque toit de chaume.

 

   Mais la journée n’est pas terminée : pour nous remettre en jambes, une petite balade au col de la Croix de Peccata (1h30 AR) , au pied du Mézenc, parce que, quand même, nous sommes venus randonner…

 

Elisabeth

Oublié le ciel capricieux !   

  Pour les photos cliquez ci-dessous.  

 

Dimanche10/09/2017.

 

Séjour aux Estables.

 

 

   Nous sommes 18 pour cette randonnée, puisque deux "Camping caristes" Christine et Michel se sont joints à nous.

 

   Le Lac de Saint Front : C’est donc un volcan de type "MAAR", occupé par un lac de 30ha et d’une profondeur de 7m, plus 47m de vase accumulée depuis l’explosion, datée de 130 000 ans. Il est alimenté par des sources souterraines et de petits ruisseaux. La Gagne, affluent de la Loire, y prend sa source. Situé à 1235m d’altitude.

 

   Formation du lac de Saint-Front : le phénomène est le suivant : le magma, en remontant vers la surface, rencontre dans le sous-sol une nappe phréatique ou un cours d'eau souterrain. Une partie de cette eau se vaporise alors sous l'effet de la chaleur ou de l'humidité, ce qui entraine une importante augmentation de la pression dans le sous-sol, au point que les roches en surface sont soudain éjectées à la manière d'un bouchon de champagne. Généralement, la nappe phréatique ou le cours d'eau souterrain qui a contribué à la formation du cratère alimente ensuite un lac dans le bassin ainsi créé. Les maars sont donc très souvent des lacs de forme circulaire aux pentes plus ou moins abruptes.

 

   On voit après cette introduction que la visite à l'école la veille, n'a pas été inutile.

   Venons-en à nos moutons : la rando fait 15 km et 330 m de dénivelé.

   Le départ du village de Saint-Front, au niveau de la mairie, emprunte un joli sentier qui, après avoir traversé la route, nous emmène vers les hameaux de " La Rochette" et "Sioulac".

   Nous continuons à travers les prairies où de nombreuses vaches et chevaux viennent nous saluer ; nous avons l'occasion de croiser de très belles fermes, même si elles nous semblent bien isolées.

   Les hameaux de " Montbrac" et "Roffiac" sont traversés avant de descendre vers le lac de Saint-Front. Le tour du lac et un bout de route goudronnée nous mènent près de la forêt de Chauderac.

   Il nous reste à rejoindre nos voitures, non sans redire une nouvelle fois un grand MERCI à Elisabeth et Alain pour nous avoir concocté un aussi agréable séjour.

Noel.

 

 

  Pour les photos du jour cliquez ci-dessous. 

Lundi 11 septembre 2017

 

LE PUY EN VELAY

 

 

 

   Le départ pour le Puy en Velay est fixé à 9 h 15 ; le ciel est gris avec du brouillard mais la météo prévoit quelques éclaircies.

 

   Visite de la vieille ville classée au patrimoine de l'UNESCO.

   Différentes ruelles ayant conservé leur caractère médiéval gravissent les pentes pour accéder à la cathédrale et au cloître.

 

   De nombreuses boutiques « Souvenirs » proposent des ouvrages en dentelle ; devant certaines de ces boutiques sont installées des dentelières.

   Un centre d'enseignement de dentelle au fuseau se trouve dans une de ces ruelles très typiques.

 

   Le cloître présente un plan rectangulaire, ses galeries comportent 19 arcades, elles sont soutenues par de robustes colonnes, surmontées de mosaïques multicolores.

   Ce cloître renferme le trésor d'art religieux : broderies, sculptures bois,une collection d'ornements liturgiques et tableaux.

 

   La cathédrale date du XI° et XII° siècle, on y accède par un grand escalier pour déboucher devant le choeur.

   Sous la coupole, l'autel d'Ory est de couleur chair. On admire le grand orgue, de très belles sculptures, la chaire du prédicateur, des tableaux, différents autels, les vitraux.

   La visite se poursuit vers la chapelle « le cœur marial » de la Vierge Noire.

 

   C'est en 950, que le premier départ du Chemin de Compostelle a été entrepris par l'évêque du Puy.

 

   Nous poursuivons notre visite vers la statue Notre Dame de France, érigée en 1860 lors de la guerre de Crimée , elle mesure 22,70 mètres et ses 285 marches nous permettent d'accéder au point culminant du bassin ponot. Un panorama exceptionnel s'offre à nous : la cathédrale, la ville avec ses toits rouges et la région (sous le soleil).

 

   La curiosité de ce site nous pousse à continuer notre ascension à l'intérieur de la statue par un escalier métallique en colimaçon qui se rétrécit au fur et à mesure de la montée au centre de la tête.

 

   La troupe a bien mérité la pause pique-nique, le jardin prévu à cet effet étant fermé nous nous retrouvons sur le parking Hyper U d'Aiguilhe.

   Le soleil est bien présent et nous poursuivons pour se rendre au Rocher et Chapelle Saint-Michel à Aiguilhe, dernier site à notre programme.

 

   Pour cela, nous empruntons un pont tordu du XIV° siècle, construit en 6 arches perpendiculaires au courant et qui enjambe la Borne ; l'évolution de l'axe du pont a changé en fonction du déplacement de la rivière et doit être toujours face au courant.

 

   Le Rocher de 82 mètres de hauteur est la cheminée d'un ancien volcan.

 

   La Chapelle dédiée à Saint-Michel fût édifiée au X1° siècle.

   Les travaux de restauration de l'autel réalisés en 1955 ont permis la découverte d'un très beau christ reliquaire en bois d'olivier du X° siècle.

   Le nettoyage récent des murs de la chapelle a révélé un ensemble de très belles fresques.

 

   La beauté de cette chapelle a été la récompense de nos efforts après l'ascension des 265 marches.

 

   Retour au Chalet des Estables vers 17 heures.

 

Un grand merci à Elizabeth Guillot, toujours très attentive au bien-être de chacun.

                                                                                                                       Yvonne

 

  Pour les photos cliquez ci-dessous. 

Mardi 12 septembre 2017.

 

Le tour du rocher Tourte

 

Randonnée d’une demi journée à cause du brouillard et du temps maussade.

Par un petit sentier bordé de myrtilliers et de bruyères, nous avons entamé notre randonnée autour du rocher Tourte.

Dans les rafales de vent , nous avons poursuivi en lisière de forêts . Un temps plus favorable nous a fait découvrir la maison forestière ; bâtiment de pierres typique du coin . Dans les pâturages immenses  broutaient des vaches de toutes races , des chevaux et même des ânes . Hi-han ! Hi-han !

L’ornithologue Elisabeth pourvue de ses jumelles nous a fait observer deux magnifiques milans royaux .

Nous avons aussi traversé des forêts denses , sombres presque oppressantes . Et bien sûr pour continuer un peu de dénivelé ce qui nous a permis d’apprécier de plus près le mont Tourte . Quelle belle allure avait-il avec ses tuyaux d’orgue de pierre !

Pour compléter la « tourte » il nous fallait quelques champignons ! Ah ! nous en avons vus mais aucun de bons. Tant pis pour la tourte aux champignons.

Alain le bienveillant et la douce Elisabeth avaient tout prévu ; même le soleil pour terminer cette randonnée avec vues panoramiques sur toute la région !

Marie-Jeanne et Marie-José

  Pour les photos cliquez ci-dessous. 

 

Mercredi 13 septembre

 

Ascension et tour du Mézenc

 

13 kms. 450mètres de dénivelé cumulé.

 

 

 

   Les 18 participants à cette rando, attendue depuis le début du séjour, sont joyeux et optimistes. Les sommets sont accrochés par les nuages mais le temps change vite ici, alors tous les espoirs sont permis !

   Nous démarrons la rando du Col de La Croix de Boutières (1506m),sur la ligne de partage des eaux « Méditerranée-Atlantique ».Un couple ami de Marie-France se joint à nous pour la matinée. Ils seront des guides érudits en géologie, histoire de la région pendant ce temps partagé.

   Au départ, le vent souffle très fort, mais dans les magnifiques sous-bois nous n'entendons que sa douce romance. Arrivés à découvert, la « Burle » redouble d'intensité. Les bancs de nuages masquent le panorama. Parvenus à la croix(1749mètres), c'est un « vent burlesque » qui nous accueille et nous avons toutes les peines du monde pour nous tenir debout et tenter de prendre quelques photographies ...d'un paysage fantasmagorique! Nous nous dirigeons sans tarder vers les tables d'orientation et sur le sentier nous découvrons par vagues intermittentes les sommets de l'Ardèche, du Forez...mais difficile de distinguer le mont Blanc ou le Ventoux !!! Nous poursuivons la traversée vers la seconde table d'orientation du Mézenc (1753m) parmi les coulées de lave solidifiées et fragmentées (véritables « rivières de pierres »). Le sentier est bordé de lauzes pour éviter le piétinement des pelouses sub-alpines rares.

   Nous reprenons la descente et la poursuite du Tour du Mézenc. (Celui-ci est constitué de 2 dômes et il est le point culminant de la Haute-Loire). Nous retrouvons la forêt, le calme et le soleil aussi. A la croix de Peccata, le couple invité nous quitte. Alain, Henri et Mado préfèrent rentrer directement sur le Col de Boutières. Le reste du groupe poursuit la marche agréable en sous-bois. A 13h15, l'arrêt pique-nique dans une clairière est salvateur pour tous. Le soleil et la douceur de la température incitent même à une petite sieste !

   Requinqués, nous reprenons notre marche sur une plate-forme d'abord, avant d'amorcer une descente et enfin terminer par une montée qui nous permettent de rejoindre les voitures. Tout au long du retour nous avons l'occasion d'admirer les paysages, la végétation variée (dommage ! les épilobes, les gentianes et les genêts sont défleuris et les bancs de myrtilles sans fruits...).

   Une journée magnifique et inoubliable. Même si nous n'avons pu admirer le panorama espéré au faîte du Mézenc, nous aurons le souvenir d'un sommet « décoiffant » !

   Un grand merci à Elisabeth et Alain, qui, tout au long de cette semaine, nous ont concocté un programme intéressant et varié, adapté à une météo capricieuse. Randonnées et visites touristiques ont comblé nos journées avec un infini plaisir dans une ambiance chaleureuse et joyeuse.

Gisèle.

  Pour les photos du jour cliquez ci-dessous. 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Séjour

Publié le 11 Septembre 2017

 

Dimanche 10 septembre 2017 Le Lac Brun

16 Kms 1 100 m de dénivelé  6 h de marche

 

   Départ Les Méans (1 280 m), à 8h15 précises, dans la fraîcheur matinale, 11 ABRGistes et un couple d’invités fort sympathiques s’engagent allègrement sur le GR50 jusqu’aux Touisses puis sur un sentier qui s’élève dans le vallon de la Baume.

   La montée dans la forêt de mélèzes est très agréable, accompagnée par le murmure du torrent et les cascades encore bien alimentées en eau. Rapidement, nous ressentons le besoin de nous dévêtir et Micheline nous annonce qu’à 10h15 nous serons au soleil. Promesse tenue, à l’heure dite, nous débouchons dans un alpage baigné de soleil et faisons la pause grignotage. Trop forte notre Micheline…

   Laissant derrière nous le col de Reyssas, nous empruntons le vallon de Comborsiers, jalonné de cairns qui nous conduiront au lac Brun (2 353m).

   Comme on l’imaginait le lac est asséché, seules quelques flaques éparses sont encore présentes mais le décor est superbe,Aiguilles de Chabrières, Mourre Froid soupoudré de neige, Pointe de la Serre…..

   Nous y installons notre salle à manger, pique-nique avec gâteaux et douceurs à profusion.

   Bien rassasiés, à 12h45, nous entamons la descente par le Clot de la Selle, cabane et vallon de Reyssas pour rejoindre en contrebas l’itinéraire de montée de ce matin, 3 heures de descente ponctuées de pauses et grignotages de framboises.

   Encore une belle journée dont nous avons pleinement profité.

   Merci à Micheline et à Corinne la photographe du jour.

Marie-Jo.

  Pour les photos cliquez ci-dessous.  

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Embrunais

Publié le 10 Septembre 2017

 

 

Randonnée pédestre du jeudi 7 septembre 2017

 

5h45 de marche, 12km, 850m de dénivelé

 

 

   6 courageux se sont retrouvés au parking du sénateur pour une longue route de 85km passant par le col de Cabre, le marais de Bouligons et sa tour perchée, le saut de la Drôme et le chaos du Claps à Luc en Diois.

   Après un petit raidillon à la sortie d'un hameau désert, au milieu des résineux, le chemin suivant le GR91 devient plus régulier. Nous franchissons une courte vire munie d'un câble rassurant.

   Un tunnel de 10 mètres permet de franchir l'arête rocheuse.

   Le sentier en balcon se poursuit horizontalement jusqu'à une piste dont les fortes pentes ralentissent le rythme. Le soleil se fait sentir.

   Arrivés aux environs du col de Pinet, nous reprenons des forces avec les friandises habituelles.

   Nous abordons la dernière montée dans une forêt de fayards, très raide au début, plus sympathique dans une partie de lande.

   Nous atteignons la crête de la Grésière (1492m) d'où le panorama à 360° nous présente le Ventoux, Diois, Vercors, Dévoluy.

   Nous déjeunons à l'abri du vent en admirant le paysage.

   Nous avons aussi une pensée pour Jean-Marie Franscisci qui m'a fait connaître ce circuit.

   Le retour commence par une descente sur 600 mètres, presque verticale.

   Nous dépassons ensuite les cols du Fays et du Mian en forêt.

   Puis la civilisation arrive au milieu des pommiers étrangement protégés et des noyers prometteurs.

   Nous venons de passer une journée très agréable.

 

   Merci à toutes et tous pour votre bonne humeur et votre sportivité.

François

  Pour les photos cliquez ci-dessous. 

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 8 Septembre 2017

 

 

Jeudi 7 Septembre 2017.

 

 

26 participants. 700 m de dénivelé. 13 km environ.

 

 

   Départ avec un soleil magnifique par la rive droite du Buëch vers l’auberge de la Moissière.

 

   La journée débutait sous les meilleurs auspices, mais.... j’ai fait très fort ce matin là.

 

   C’est certainement  une première pour l’ABRG !!!.

 

   Effectivement j’ai réussie à perdre un de mes serre-file... Pas banal n’est-ce pas ?

 

   Un moment de doute et d’incertitude au sein du groupe mais tout c’est bien terminé.

 

   Les quelques passages délicats sont passés avec brio grâce à  l’aide de nos attentifs et dévoués “piliers” de l’amicale.

 

   Sentier en forêt, température idéale. A l’aplomb du  majestueux pic de Bure nous déjeunons à la Grangette.

 

   Un peu d’histoire locale: nous sommes sur les traces  de l’abbé Dominique CHAIX, éminent botaniste, né au hameau de la Crotte au début du 18ème siècle.

 

   Retour par Bertaud et le sentier des Bans.

 

   Après 6 h de marche nous étions très contents d’arriver au parking.

 

   Merci à tous.

 

  M-France.                                          Reportage photo par Elianne.

 

 Pour voir toutes les photos cliquez ci-dessous. 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Gapençais