Adieu l'Ami

Publié le 1 Décembre 2017

 

 

Il restera de toi, de ton jardin secret,
Une fleur oubliée qui ne s'est pas fanée.
Ce que tu as donné, en d'autres fleurira.
Celui qui perd sa vie, un jour la trouvera.
Il restera de toi ce que tu as offert
Entre les bras ouverts un matin au soleil.
Il restera de toi ce que tu as perdu
Que tu as attendu plus loin que les réveils,
Ce que tu as souffert, en d'autres revivra.
Celui qui perd sa vie, un jour la trouvera.
Il restera de toi une larme tombée,
Un sourire germé sur les yeux de ton cœur.
Il restera de toi ce que tu as semé
Que tu as partagé aux mendiants du bonheur.
Ce que tu as semé, en d'autres germera.
Celui qui perd sa vie, un jour la trouvera.

                                         (Simone Veil)

 

 

 

Maintenant que je suis parti, laissez-moi aller
Même s’il me restait encore des choses à voir et à faire.
Ma route ne s’arrête pas ici.
Ne vous attachez pas à moi à travers vos larmes.
Soyez heureux de toutes les années passées ensemble.

Je vous ai donné mon amitié,
Et vous pouvez seulement deviner combien de bonheur vous m’avez apporté.
Je vous remercie pour l’amour que vous m’avez témoigné
Mais il est temps maintenant que je poursuite ma route.
Pleurez-moi quelques temps, si pleurer il vous faut.
Et ensuite, laissez votre peine se transformer en joie

Car c’est pour un moment seulement que nous nous séparons
Bénissez donc les souvenirs qui sont dans votre cœur.
Je ne serai pas très loin, car la vie se poursuit
Si vous avez besoin de moi, appelez-moi, je viendrai.
Même si vous ne pouvez me voir ou me toucher.

Je serai près de vous.
Et si vous écoutez avec votre cœur,
Vous percevrez tout mon amour autour de vous dans sa douceur et sa clarté.
Et puis, quand vous viendrez à votre tour par ici,
Je vous accueillerai avec le sourire, et je vous dirai: « bienvenue chez nous».
                                                                                   Poème Hawaïen

 

 

 

Rédigé par A.B.R.G

Commenter cet article

Djipi. 01/12/2017 09:27

Daniel tu nous as encore fait une blague ; tu es parti hors sentier. Là où on ne veut pas aller. Enfin, pas tout de suite... Mais rien à faire, tu ne pourras pas nous semer. Tu seras toujours au milieu de nous avec ton sourire et ta bonne humeur. Je sais que tu seras là, pour nous donner la main, quand le passage se fait délicat et qu'il faut avoir le pied sûr. Que tu seras encore là pour nous faire rire avec une bonne blague. Même si nos yeux ne te voient pas, tu seras toujours là, bien présent dans nos cœurs.