Publié le 29 Avril 2014

  7 h30 départ de Gap sous un beau soleil, 12°. La journée promet d'être belle.

Direction la Berche, la Jarjatte pour une journée via feratta. Mauvaise pioche! En approchant de Lus la Croix Haute nous nous apercevons que l'Isère a mis en route son usine à brouillard. Pas de soleil, une température de 5° et un vent glacial.

Pas commode, la manoeuvre des mousquetons avec l'onglée. Vers 11h la via terminée, d'un commun accord nous choisissons de revenir dans les Gorges d'Agnielle. Casse-croûte sous le soleil à la maison forestière de Durbon. (Après être passé à la "boulangerie" d'Agnielle)

Après midi deuxième partie des Gorges tranquille, pour certains, et la totale pour d'autres.

À mardi prochain.

Djipi

Les photos -> ICI 

DSCN7457.JPG


Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Sorties

Publié le 17 Avril 2014

Nous nous sommes retrouvés 32 randonneurs sur le parking.

Nous allons nous garer au hameau des Fauvins. Malheur, nous avons perdu une voiture en route. On se retrouve enfin et nous commençons à marcher via  le Grand Lara et  la Bâtie Vielle. Nous regardons la tour d'en bas, puis nous poursuivons notre chemin jusqu'à l'Hermitage traversant le joli bois vescal et nous allons voir la statue de l'ange.

A l'unanimité nous décidons de revenir sur nos pas pour trouver un joli coin d'herbe où nous installer pour le repas de midi.

Apéritif au début, gâteau et chocolat à la fin nous sommes prêts à redescendre. Nous traversons Rambaud et vers 13h 30 nous retrouvons les voitures.

Encore une belle journée. Merci à tous!

Un grand merci aux photographes, et un grand merci à Robert qui plusieurs fois m'a remis sur le "droit chemin".

ALICE 

Pour voir les photos cliquez -> ICI 

P1050301.JPG

P1050327.JPG

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Sorties

Publié le 15 Avril 2014

  Rocher Saint Julien Buis les Baronnies.  

   Entre via ferrata et escalade.   

 

Tiens, pour débuter la saison de via pourquoi ne pas aller dans le sud, où il fait meilleur. Une nouvelle via vient d'être créée dans les Baronnies, à Buis. Allez c'est décidé on va la faire, pardon, les faire. Il y en a quatre. Donc c'est à 14 que nous prenons la route pour Buis en ce beau mardi d'avril.

Bon la Pitchouno , on va l'oublier. Nous, on est des (presque) pros on va enchaîner les trois « belles » puis on viendra casse-croûter aux voitures. L'après midi on verra...

Approche : Du parking, redescendre 200 mètres sur la route goudronnée vers la via ferrata "La Pitchouno" continuer une trentaine de mètres pour prendre sur la droite, un chemin avec des marches en rondins. Au bout de 15 à 20 m on trouve sur la droite à quelques mètres le pied de la falaise et le départ de la Testouriasso . On peut continuer sur le sentier pour trouver 15 minutes plus tard la bifurcation pour la Roumpo Quiéu. Encore une dizaine de minutes pour le départ de la Tihousso. (Le départ est presque en dessous de la plate forme de la tyrolienne). 

La Testouriasso,D, 440m, 2h30. ( D'aprés le topo) Elle débute par des dalles très raides et quelques traversées, puis des rampes entrecoupées par des passages en montée ou traversées raides jusqu'à une petite brèche. Une traversée mène à une poutre, puis encore des traversées et montées raides également, mènent à un pont népalais, puis une poutre, pour remonter un raide pilier avec un joli mais difficile pas surplombant. Ensuite une belle traversée, on remonte une fissure raide peu équipée, un pont de singe, une traversée descendante et poutre, Là on se perd un peu dans le cheminement car on vient croiser le mur de départ de la Roumpo Quieu. Il faut partir à droite(contournement du rocher, pont népalais ) vers la descente câblée qui rejoint le départ de la Roumpo Quiéu. (Extraits de Montagne cool)

  Oui il fait beau mais on est sur la face nord bien exposée au vent. Et il est bien là, le mistral. D (= difficile), 440m, 2h30. Bof les cotations sont toujours surestimées, dans 1h 30 on sera dans la Roumpo Quiéu (la Casse-cul). Après nous ferons le point... Et bien non... il nous a fallu deux heures rien que pour la Testouriasso. L' équipement de la via est réduit au minimum, les prises artificielles très (trop) espacées pour des personnes de taille moyenne. Certains passages s'apparentent plus à de l'escalade qu'à de la via. Quelques fois les câbles sont si hauts qu'il devient impossible de décrocher les mousquetons. La distance entre les marches ou les poignées est telle, qu'il faut, pour une personne de taille moyenne, donner une impultion pour saisir la prise suivante ? C'est très sportif, et on peu se fatiguer très vite si l'on n'a pas un minimum d'entraînement. Mais superbe via: le cheminement est manifique, le rocher très bien utilisé. Je suis tout de même perplexe : que va-t-il se passer les jours de grande fréquentation, quand une personne va coincer ? Et cela me paraît inévitable. Belle queue d'attente en perspective!

En attendant il est 11h30 nous n'avons fait que la première partie. Il faut redescendre aux voitures, pour le casse-croûte, et revoir notre programme à la baisse pour l'après midi. Comme nous avons loué des poulies nous optons pour la Thiousso (la Coriace) avec sa tyrolienne.

La Thiousso, D,460m, 2h. Elle commence par une belle dalle raide pour rejoindre une rampe qui va soit au-dessus dans un dièdre puis en traversant à gauche vers la tyrolienne (poulie câble orange), soit en traversant à droite vers l'arrivée de la tyrolienne. On traverse ensuite pour remonter vers le sommet en passant des ponts de singe, népalais, une faille, un petit saut, une passerelle de rondins, des poutres, encore des ponts de singe, des piliers sympas et une traversée gazeuse qui mène à un petit pilier que l'on remonte, suivi d'une poutre, d'une re-traversée gazeuse et du sommet. Descente câblée par le couloir à droite de la croix.

( Petit aparté, 5€ pour faire 50 mètres de tyrolienne, cela fait cher au mètre. Comparativement à la Grande Fistoire, Motte du Caire, où pour 3€ vous avez 3 tyroliennes dont une de plus de 200m et que vous pouvez refaire sans problème une deuxième fois après avoir accompli la totalité de la via....)

  L'après-midi sera comparable au matin, mais avec la fatigue en plus et un mistral qui redouble de violence ! A l'approche de Pâques cela devient, pour certains, un chemin de croix ; vers la croix du sommet. Mais tout le monde garde le moral. La bonne humeur et la convivialité font le reste. A 17 heures retour vers Gap avec de belles images dans les yeux, et quelques douleurs dans les bras, et ailleurs.

Un grand bravo à tous les participants, pour une mise en jambes, ce fut réussi !

Pour ma part, après mûre réflexion, et en prenant les via, une à la fois, j'ai trouvé par ordre croissant de difficulté la Thiousso (la Coriace), puis la Testouriasso (la Têtue) et enfin la Roumpo Quiéu (la Casse-cul) avec son passage ED. Je suis sûr que certains me diront que la Thiousso (la Coriace), est plus difficile que la Testouriasso (la Têtue) mais cela est dû à l'enchaînement des deux.

On a beau être coriaces, La Thiousso nous a cassés, et têtus, La Testouriasso nous a ramenés à la raison, si bien que peu sont allés se casser le c.. "les dents" dans La Roumpo Quieu. 

DJIPI

Pour voir les photos cliquez -> ICI  

15-avril_0015.jpg

DSCN3253.JPG


Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Sorties

Publié le 14 Avril 2014

 Le DUFFRE par les Crêtes de la Sarcéna. 

20 participants (es)

12km - 900 m de déniv - 5 heures de marche.

 

  Le Revuaire, randonnée initialement prévue, ayant été proposée il y a quelques mois, il était préférable d'en trouver une autre assez semblable. Une jumelle en quelque sorte. C'est le Duffre, côté sud, près de Montmorin qui avait retenu mon attention .

  Cela avait dû plaire puisque ce sont 20 randonneurs qui se retrouvent sur le parking de la maison forestière de L'Adaux d'Oule. Pour un lundi c'est plutôt bien. Il faut dire que le beau temps est de la partie. Un beau soleil et peu de vent, c'est idéal pour randonner. Le sentier débute gentiment le long d'un petit ruisseau, le Beal des Couniets, que l'on traverse un peu plus haut. Hélas cela ne dure pas longtemps, les choses se compliquent. La forêt de l'Oule est parcourue par d'innombrables chemins de débardage jonchés de branchages. Les sangliers y sont sans doute à l'aise, pas les randonneurs. Pourtant il faut faire avec. Une route forestière plus tranquille nous amène au Col des Praux. Une petite descente le long de cette piste, et à droite toute. Depuis la côte 1195 une belle tranchée rectiligne de 500 mètres de long nous amène sur la crête de la Sarcéna à 1420m.

  Déniveler de 225mètres sur 500 cela vous donne une idée de la pente. Cela aura donné l'occasion à certains de me maudire, ce n'est pas grave je me suis habitué. Parvenus sur la crête les choses sont plus simples. Le printemps agrémente le parcours en offrant à nos yeux des bouquets de fleurs. Quelques plaques de neige subsistent encore. La vue est bien dégagée. Au sud est le Ventoux, à l'ouest le Grand Veymond, au nord les montagnes du Dévoluy, Grand Ferrand, Obiou. Un coin sympa plein Sud et bien à l'abri nous permet de se poser pour le casse-croûte de midi. Rien ne presse, la descente n'est pas très longue et nous avons donc le temps d'apprécier ce moment de convivialité et de partage.

  Sur le chemin du retour une bonne halte s'impose au niveau de l'abri du col d'Arron. À partir de là deux options s'offrent à nous. Soit suivre la route forestière, longue et monotone, soit prendre l'ancien sentier qui coupe les lacets et tend à disparaître. A votre avis quel chemin avons nous pris ?

  Un indice, nous avons coupé par huit fois la piste forestière. Dont une fois au carrefour de la femme morte (voir photos). A 15 heures nous dégringolons du talus sur le parking où sont garées les voitures. Un grand merci à toutes et à tous pour votre généreuse et joyeuse amitié. 

Djipi

 

Pour voir les photos cliquez -> ICI 

P4140766.JPG

P4140832.JPG

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Sorties