Publié le 26 Septembre 2015

RANDONNEE PEDESTRE DU JEUDI 24 SEPTEMBRE 2015

Foucaton à partir du hameau de Montmirail (commnune de CROTS)

750m de dénivelé – 5h30 de marche – 17 participan(ts-tes)

 

    A 7heures45, nous quittons notre parking habituel, direction Montmirail où nous garons les voitures. C’est en compagnie d’un gentil « toutou » qui nous a suivis tout au long de la rando, que nous nous engageons sur une piste forestière conduisant à l’ancien hameau de Villard Robert, puis sur un sentier passant par le bois de Serre Verger. Après la pause casse-croûte la pente devient prononcée, nous continuons sur La Miarsaratte puis Foucaton, point culminant de la randonnée (1580m). Nous nous installons pour le pique-nique toujours façon ABRG. Merci mesdames, notamment à Marie-Ange pour ses délicieux macarons « maison ».

    Après une sieste réparatrice sous un ciel radieux, il est temps de repartir par l’itinéraire qui nous ramène aux voitures par le hameau de Bois non sans avoir fait un petit détour par le serre de La Pisse, très beau point de vue d’où nous avons pu admirer la vallée de la Durance, le lac de Serre-Ponçon, les villages situés sur sa rive droite et les montagnes environnantes.

    A noter que Michel nous a fait découvrir :

  • deux vestiges de containers métalliques ayant contenu des armes et des vivres, parachutés à l’attention des maquisards lors de la dernière guerre mondiale,

  • Un énorme rocher de plusieurs tonnes en bordure de la piste. Il s’est détaché en 2011 et a dévalé la pente sur plus de 100m de dénivelé creusant le terrain sur son passage et, heureusement, sans causer d’autres dégâts.

    Merci à Michel pour cette randonnée très agréable sous un soleil omniprésent.

Gilbert

Les photos ICI:

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 26 Septembre 2015

Jeudi 24 septembre 2015

 

16 Participants (es) - 950 m de dénivellation - 11,5 km

Temps de montée:3h – Temps de descente:2h15

Temps d’arrêt:1h45 – temps de marche:5h15

 

     La neige est descendue très bas, dans le Valgo en ce jeudi 24 septembre 2015. Jusqu'aux environs de 2300m, soit un peu plus bas que le refuge du Pigeonnier. Les sommets qui nous entourent sont d'un blanc immaculé. La température est plutôt fraîche, 4°, mais le soleil sera de la partie, et pas de vent.

    Départ du refuge du Gioberney à 8h30. Montée en douceur sur le sentier qui mène au lac du Lauzon. Les panneaux indiquent 1h15 pour le lac, nous allons baser notre vitesse de montée sur ce temps. Le sentier part vers le nord, une grande courbe, deux lacets, et revient plein Sud, au-dessus du refuge. Un peu plus haut il traverse le torrent qui alimente le Voile de la Mariée. Encore une longue traversée en montée puis quelques lacets et à la cote 1879, il revient résolument vers le nord.

    Une première petite halte s'impose, un peu avant d'arriver au lac, car le soleil commence à chauffer.

    Deuxième halte à 2000m au bord du lac du Lauzon, il est 9h45. ( 8h30 + 1h15 = Contrat rempli )

    Le paysage est magnifique, la montagne s'est fait une beauté pour nous accueillir.

    La vue sur les sommets environnants est magnifique,( Le Sirac, Pointe de Verdonne, Pic Jocelme, Les Aupillous, Les Bans...

    Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce ne sont pas les eaux du lac qui alimente la cascade du voile de la mariée, mais celles du torrent du Lauzon qui, elles, ne passent pas par le lac. Le lac lui n'est alimenté que par une petite source.

    Encore une petite montée avant de basculer vers le sentier qui grimpe vers le Pigeonnier. Il faut ensuite traverser le torrent de Muande Bellone. A signaler au passage que depuis quelques années les passerelles qui franchissent les torrents ont été remontées un peu plus haut.

    Commence la longue montée vers le refuge. Une première série de lacets pour parvenir à la cabane de la Muande. Il faut alors contourner le Péou. Deux autres séries de lacets nous amènent à la traversée sud-ouest qui arrive sous le refuge.

    Le groupe des 16 participants s'étire et se regroupe au gré des pauses.

    Il y a un troupeau de moutons près du refuge. Elise dicute un moment avec le berger, assez dépité. Le loup a fait des ravages cet été.

    Nous arrivons au Pigeonnier à 11h45. Olivier, le gardien, est encore là en train de ranger son matériel. C'est la fin de la saison estivale. Il nous permet gentiment de profiter de la terrasse du refuge pour notre repas de midi.

    Il est trop tard pour envisager de faire la grande boucle prévue. Nous allons donc prendre notre temps et redescendre directement sur la Cabane du Vaccivier.

    Nous pouvons profiter de cette belle journée et du paysage magnifique qui nous entoure.

   Vers 12h45 nous entreprenons notre descente, qui paradoxalement commence, par, une montée.

   Ce sentier est certes plus court, mais il compte plusieurs passages assez délicats à franchir, dans des barres rocheuses. Tout le monde passera sans problème. Bravo.

    Plusieurs haltes agrémentent la descente. Nous ne verrons pas d'animaux, pas de marmotte, aucun chamois. Nous sommes en période de chasse certes, mais là dans le parc des Écrins…

    Après la Cabane du Vaccivier, ou plutôt l'abri, le sentier devient très caillouteux. N'est-ce pas Élise ? Mais tu le sais bien, quand Jean-Pierre  mène une rando, il y a Jean... mais il y a aussi Pierre.

    Les voitures ne sont plus très loin. Mais qui donc a eu la mauvaise idée d’enlever toutes les passerelles. Il y pourtant encore pas mal de monde qui randonne dans le Valgaudemar en septembre.

   A 15h30 nous retrouvons nos véhicules sur le parking du Gioberney.

    Un grand merci à tous les participants pour leur bonne humeur.

Djipi.

Les photos ICI:

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 23 Septembre 2015

Lundi 21 septembre 2015

 

    Pour se situer sur l’itinéraire de la Condamine, on doit quitter le Gr 54 qui file vers le lac de l’Eychauda. On peut atteindre en voiture un petit parking de prairie à la cote 1520. Notre groupe de huit se met en route vers la cabane de Chouvet. Il est 8 h 30 ; le soleil est encore caché par le massif du mont Brison.

    Avant d’arriver à la cabane, nous quittons le sentier pour emprunter un chemin de ronde surplombant un chaos de gros blocs, énorme ballast infranchissable. Ce sentier va s’élever dans une forêt de mélèzes en venant buter sur l’impressionnant ravin de Clot Lajas. Nous faisons une petite halte aux rochers Laguila. Quelle chance de débusquer en repartant une famille de jeunes chamois s’ébrouant dans l’herbe fraîche ! Le soleil est bien levé et nous continuons ce sentier facile jusqu’à un replat, dans un immense cirque qui semble condamner le col bien en vue maintenant.

    Bref repos et nous repartons dans une sente bien marquée ; elle monte d’abord vers deux troncs rocheux jumelés et menaçants puis poursuit à flanc vers le col de Vallouise nommé Salava sur la pancarte.

    Avant le repas, nous allons repérer la montée en cheminée ouvrant le passage vers la Condamine. L’ascension que l’on imagine est bien tentante mais nous nous limitons à ce qui était prévu. Nous nous contenterons d’admirer les chaînes blanchies des Ecrins

    Dans un tel décor somptueux, il est terre à terre de parler de pique-nique ! Mais il serait injuste de ne pas parler du roulé à la confiture d’abricot servi par des mains attentionnées et que dire des incomparables muffins aux myrtilles qu’on n’avait jamais eu l’occasion de goûter. Et tout ça dans un havre de paix et de verdure !

    Il a quand même fallu se décider à redescendre, passer à la cabane de Chouvet, se rafraîchir à sa fontaine et retrouver notre parking. Un verre de jus de fruit et on se dit adieu après une bien belle journée.

    Merci à tous pour avoir participé à la bonne cohésion du groupe.

Jean-Marie

Les photos ICI:

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Ecrins

Publié le 16 Septembre 2015

Via ferrata des Gorges de la Durance

Mardi 15 septembre 2015

 

    Et voilà, les sorties via ferrata du mardi, c'est terminé ; pour l'année 2015.

    Pour cette dernière, les Gorges de la Durance ont permis de finir en beauté. Peu de monde pour ce final, seulement 6 irréductibles ; 6 messieurs et pas de dames… Pourquoi ?

    Sans doute parce que c'était l'anniversaire de Djipi et qu'elles n'avaient pas envie de lui faire la bise ! Bon tant pis pour elles, elles ne savent pas ce qu'elles ont perdu…

    Très belle journée, même sans ces dames… La verte et la noire le matin, la verte et la rouge l'après-midi. Le tout à un train d'enfer.

 

Très belle saison de via. Début le 14 avril à la Jarjatte, 24 sorties prévues 21 réalisées.

24 personnes différentes ont participé.

235 participations pour 21 sorties soit une moyenne de 11 personnes.

Un grand bravo et merci à toutes et à tous.

À l'année prochaine.

Djipi

 

Les photos du jour ICI:

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 11 Septembre 2015

Les 4 cols et Notre Dame de la Salette

Dénivelé: 650m. Distance: 12 Km.

31 Participants

 

    Du col de Parquetout 1398m. d’altitude nous empruntons au départ une piste forestière puis un sentier en balcon permettant de surplomber le Valbonnais. Nous suivons cette sente ombragée, en pente douce sans difficulté et ponctuée de deux tunnels.

    Au col d’Hurtière (1827m), vue panoramique sur la chaîne du Dévoluy. Tandis que quelques uns, nous précèdent au col de Lière pour chercher le meilleur emplacement pour le pique-nique, un groupe poursuit en direction du sanctuaire de la Salette.

    Au cours du repas le berger vient nous faire un brin de causette, voyant peu de randonneurs il a l’air d’apprécier notre compagnie !!! Nous sommes au point le plus haut (1917m.) , il ne nous reste qu’à redescendre par le col de Nodry et le clos de l’Alpe avec la vision sur le lac de St Pierre de Méaroz et le massif du Vercors.

    Retour aux voitures dans la bonne humeur et l’ambiance habituelle à l’ABRG.

Marie-France C.

Les photos ICI:

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 10 Septembre 2015

Les Crêtes de Tréminis le Lundi 07 sept 2015.

   Nous sommes dix, après avoir récupéré Mady à Pont la Dame, à franchir le col de Lus la Croix Haute, et une question se pose, la machine à fabriquer du brouillard est- elle en route ?

   Le départ de cette randonnée se fait depuis le Pique-Nique du Grand Ferrand, dans la forêt domaniale de Tréminis. Par le sentier Jean AMIGONI (du nom d'un Maquisard abattu par les Allemands le 19 octobre 43) Plus d'une soixantaine de virages plus haut, nous parvenons aux alpages de Paille, où un vent frisquet chasse les deniers nuages.

   Ouf, enfin la météo avait raison, et le paysage qui s'offre à nous est de toute beauté.

   C'est à travers les pâturages et hors sentier que nous rejoignons les crêtes un peu avant le Col Lachaup. En suivant les crêtes nous rejoignons le point 1679 et son panorama exceptionnel.

   Nous surplombons la vallée de la Jarjatte et tous les sommets qui l'entourent les Garnesiers, le Rocher Rond, Le Grand Ferrand, La Tête de L'Aupet, Le Rougnou, jusqu'à L'Obiou. Et, tout au fond la chaîne du Vercors.

   Il nous reste à descendre jusqu'aux anciennes carrières Lithographiques.

(La pierre lithographique dont le procédé a été inventé en Allemagne en 1796. La méthode reste simple, un dessin est exécuté sur la pierre, l’application de plusieurs procédés permettent de mettre en relief sur la surface calcaire les différentes formes représentées. Pour un dessin polychrome, chaque couleur correspond à une pierre. Pour effectuer ce type de lithographie plusieurs pierres sont donc apposées successivement sur une même feuille de papier.)

   Pour la pause Casse-croûte, dos à la pierre et en face du Grand Ferrand, que du bonheur.

   Le retour se fait en évitant la route forestière par trop monotone, par un chemin qui est balisé pour les raquettes à neige. Jusqu'au refuge près du départ où un hommage au Maquis de Tréminis est mis en valeur.

Merci à tous. Noêl

Les Photos du jour ICI:

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 5 Septembre 2015

Jeudi 03 septembre 2015 : Fontaine de Bure

10 participants, 750 m de dénivelé, 20 km,

7h00 de marche.

    Départ du parking situé au-dessus de la maison forestière des Sauvas

    Nous empruntons le GR de pays autour du pic de Bure. Une agréable route forestière, puis un sentier pentu, nous permettent d’accéder au col de Matacharre. Après une pause casse-croûte au pied de la fontaine et une longue traversée en balcon sur le versant sud, nous arrivons au col de Conode.

    Nous quittons alors le GR de pays et nous dirigeons nord-ouest. Traversant le sommet du Bois de Loubet sous les mélèzes, puis une zone de terres noires, nous arrivons à découvert sur une pelouse au pied du grand pierrier de la face est du plateau de Bure. Un nuage voile le Sommet des Casses, la Dent d’Aurouze et le Pic de Bure, mais nous avons la chance de pouvoir observer le cheminement d’une vingtaine de chamois sur le pierrier.

    Nous remontons ensuite le cours d’un petit ruisseau qui nous conduit à la « Fontaine de Bure », une simple source avec une prise d’eau pour abreuver plusieurs troupeaux de vaches présents sur cette très grande pelouse.

    Encore un petit effort et nous voilà au sommet du Serre. Il est midi, la vue est belle et il n’y a pas de vent ; nous nous installons là pour un pique-nique bien mérité. Les chamois sont toujours présents et les nuages dévoilent progressivement le Pas de Follet, les crêtes au nord … puis le Pic de Bure et la Dent d’Aurouze. Nous pouvons alors pleinement apprécier le paysage particulier qui nous entoure.

    Merci à tous les participants pour leur contribution à la réussite de cette randonnée.

        Jean-Pierre N.

Les photos ICI:

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G