Publié le 28 Août 2016

SEJOUR MERCANTOUR (06) 1er jour

LE PRA – REFUGE DE VENS par le col du Fer

Randonnée pédestre du lundi 22 août 2016

6h50 de marche, 10,5km, 1050m de dénivelée

 

  A 6 heures précises au parking de la piscine, tout le monde est au rendez-vous en direction de Bousiéyas (06) par le col de la Bonette. Une navette est établie vers le Pra afin d'éviter 3 kilomètres de route au retour.

  Le départ a lieu à 8h30 sur un sentier très régulier et agréable. Après une petite pause ombragée, nous poursuivons vers les maisons forestières de Tortisse où un large paysage s'offre à nous.

  Nous atteignons le col du Fer (2584 m) à la frontière italienne, où le paysage est grandiose.

  Pause déjeuner façon ABRG avec incontournable sieste !

  Nous redescendons vers le refuge et les lacs de Vens. Au passage, certains s'avancent vers les aiguilles de Tortisse pour détailler le relief. Nous admirons l'arche de Tortisse, curiosité géologique réputée. Nous ne pouvons résister à immortaliser ce site par une photo de groupe.

  L'accueil au refuge de Vens est sympathique et chacun trouve sa place dans un confort sommaire. Un petit tour au bord du lac nous fait admirer plantes et poissons.

  Belle première journée.

Pour voir les photos du jour cliquez ci dessous.

------------------------------------------------------------------------

 

SEJOUR MERCANTOUR (06) 2ème jour

REFUGE DE VENS – REFUGE DE RABUONS par le sentier de l'énergie

Randonnée pédestre du mardi 23 août 2016

7h50 de marche, 13km, 1050m de dénivelée

 

  Après un copieux petit déjeuner, et avoir pris nos paniers repas, nous voici repartis pour une belle journée. Nous longeons les lacs de Vens en admirant la flore et les détails géologiques. Deux chamois surveillent notre progression.

  Nous faisons une pause au col de Barbarottes (2509 m) venté, où le paysage est grandiose. Nous avons une vue sur la station d'Auron, la vallée de la Tinée, au loin monts Pelat et Cimet. Nous repérons le sentier de l'énergie que nous suivrons bientôt. C'est une piste horizontale avec quelques tunnels, créée pour un aménagement hydraulique non encore réalisé ! Un arrêté interdit l'accès à une portion où se situe un tunnel "dangereux". En conséquence, nous suivons la déviation bien balisée, par un sentier raide. Nous tirons la langue, et déjeunons au sommet, non loin du joli lac de Fer que nous n'aurions pas eu l'occasion d'admirer. Nous y faisons une sieste bien méritée.

  Nous rejoignons la piste de l'énergie, toujours horizontale, franchissant des zones rocheuses en tunnel. Au passage, nous voyons quelques pylônes en bois du téléphérique amenant les matériaux de construction pour les ouvrages. Nous passons devant des installations (EDF) rénovées en 2015 dont on a appris qu'elles ne servaient pas !

  Nous arrivons enfin au refuge où nous nous installons pour 2 nuits.

  L'accueil y est très sympathique. La douche extérieure même sommaire est très appréciée, avec son eau tiède !

  Le gardien nous explique les "aventures" des aménagements, les problèmes de sécurité des divers tunnels. Il nous signale la présence de saxifrages à proximité et se propose de nous les montrer.

  Encore une belle journée.

Pour voir les photos du jour cliquez ci dessous.

------------------------------------------------------------------------

 

SEJOUR MERCANTOUR (06) 3ème jour

REFUGE DE RABUONS - TENIBRE

Randonnée pédestre du mercredi 24 août 2016

7h50 de marche, 7,5km, 650m de dénivelée

 

  Nous voici repartis au cœur du Mercantour, par un temps toujours aussi beau. Nous longeons le lac de Rabuons dont le niveau est particulièrement bas. Nous abordons une montée raide vers les lacs de Cimon et Chaffour. Un effort encore pour atteindre le lac de la Montagnette où nous grignotons quelques friandises. Nous nous dirigeons vers le pas de Rabuons par un chemin mal tracé au milieu de rochers instables. Heureusement les cairns nous aident.

  Arrivés au pas de Rabuons (2872 m) la vue environnante nous laisse imaginer celle du sommet. Nous sommes à la frontière italienne. Nous apercevons la suite de l'itinéraire qui effraie certains qui préfèrent attendre. La montée est bien tracée avec des marques rouges. Les bâtons deviennent inutiles dans des passages où les deux mains sont nécessaires. Quelques "marches" à franchir, et le sommet est là (3031 m). Il n'y a pas de mots pour décrire la joie de l'instant. Une vue à 360°, à couper le souffle. On l'a fait ! Merci à Michel Bottéga de m'avoir convaincu de mettre cette destination au programme.

  Au sommet, je l'ai déjà dit, vue sublime, nous dominons le lac de Fer, où nous sommes passés hier.

  Le Mercantour est là dans toute sa splendeur, de la Bonette à l'Argentera, Nous avons devant nous le Mont Viso, et même le Mont Rose. Certains essayent de reconnaître les sommets voisins, se rappelant leurs aventures passées dans les environs.

  Hélas, il faut redescendre, rejoindre pour déjeuner les personnes qui ont eu la patience de nous attendre.

  Côté Italie, la pente est très raide, un chemin mène à une casemate bien visible.

  Le retour s'effectue alors tranquillement, chacun y racontant ses souvenirs. Nous ne manquons pas de faire la sieste au bord du lac Cimon, trempette de rigueur. Nos botanistes et géologues sont toujours là, observateurs.

  Au refuge, après les douches, le gardien "enlève" Jean-Pierre Nebon pour lui montrer les saxifrages, fleurs endémiques qui ne fleurissent qu'une fois dans leur vie, (il faut attendre 45 à 75 ans !) Ensuite Jean-Pierre nous les fait admirer.

  Nous terminons la journée comme toujours par un excellent repas, avec en prime apéritif et digestif.

  Le gardien très disponible, nous parle avec passion de son métier et aussi de l'environnement EDF, du sentier de l'énergie interdit même au bas de son refuge, de la difficulté d'approvisionnement.

  Encore une belle journée.

Pour voir les photos du jour cliquez ci dessous.

------------------------------------------------------------------------

 

SEJOUR MERCANTOUR (06) 4ème journée

REFUGE DE RABUONS – ST DALMAS LE SELVAGE

Randonnée pédestre du jeudi 25 août 2016

9h30 de marche, 18km, 1000m de dénivelée

 

  Encore une saxifrage repérée. Après le petit déjeuner, nous empruntons une dernière fois le sentier de l'énergie jusqu'à la borne 103 où nous amorçons une belle descente en forêt. Au bas, à la borne 101, un belvédère domine St Etienne de Tinée. Pause et discussion avec 2 jeunes rencontrés au refuge. L'un d'eux effectuait des contrôles sanitaires sur l'eau des refuges du Mercantour pour le compte de l'ARS de Nice.

  Nous poursuivons notre sentier en corniche par la piste de l'eau, encore 200 mètres raides à franchir et nous nous retrouvons sur un sentier presque horizontal. Midi est là et les coins repas ne sont pas sympathiques. Heureusement nous atteignons une piste salvatrice. Repas, repos !

  Nous repartons et dépassons la borne 115 où l'on aurait dû bifurquer. Un peu plus loin, doutant d'une erreur nous essayons de rattraper la borne 116.

  Tout le monde y met du sien pour corriger l'erreur, GPS et cartes sont sortis. Nous nous approchons de la borne 116 tant convoitée. Au passage, nous essayons de nous renseigner à un chalet proche où nous réveillons la propriétaire. Elle nous autorise à faire le plein d'eau fraîche à sa source, et nous précise que le sentier est peu fréquenté et mal entretenu.

  Quelques balises, quelques hésitations, des erreurs aux carrefours, la fatigue nous guette. La descente dans la vallée est mieux tracée, mais l'heure tourne. Nous appelons le responsable du gîte pour prévenir du "retard". Il a eu l'idée merveilleuse de nous proposer de venir nous chercher en camionnette au bas de la dernière montée, de 3,5 km. Ouf ! C'est avec soulagement que nous avons accepté. En chemin, nous avons doublé les 3 randonneurs qui effectuaient le même trajet, aussi perdus que nous.

  Nous avions le gîte entier pour nous, pouvant nous installer au large, et profiter de sanitaires plus confortables.

  Çà y est, on est arrivé !

  Repas sur la terrasse en compagnie de nos 3 randonneurs épuisés. L'accueil fut toujours aussi convivial (apéro, digestif, tisane)

  La journée la plus longue et la plus fatigante.

Pour voir les photos du jour cliquez ci dessous.

------------------------------------------------------------------------

 

SEJOUR MERCANTOUR (06) 5ème jour

ST DALMAS LE SELVAGE – BOUSSIEYAS Par la tête de Vinaigre

Randonnée pédestre du vendredi 26 août 2016

6h20 de marche, 12km, 850m de dénivelée

 

  Dernier jour, nous avons bien récupéré, petit déjeuner complet, panier repas dans le sac, nous commençons la journée par une rapide visite du village, aux ruelles étroites et maisons traditionnelles.

  Le GR 5 est bien tracé, balisé, la pente est régulière, la chaleur se fait sentir tôt. Nous faisons un arrêt dans un rare coin d'ombre. Nous croisons quelques randonneurs. Nous atteignons le col de la Colombière (2237 m) où nous croisons des randonneurs de Briançon. Nous nous dirigeons vers la tête de Vinaigre (2384 m) où un fortin domine la vallée, Merci aux porteurs qui m'ont soulagé de la radio et trousse de secours pour cette dernière montée.

  Repas et sieste, et nous voilà en forme pour la dernière descente, longue mais bien tracée.

  Nous retrouvons nos voitures, heureux de ce séjour. Un petit aller-retour au Pra pour ramener la voiture laissée au départ.

 

  Merci à tous pour m'avoir fait confiance.

  Nous avons eu la chance d'avoir un temps extraordinaire.

  Pas de gros bobos, quelques ampoules et égratignures.

 

  A regret nous rentrons, pleins de souvenirs, tout s'est très bien passé.

  Encore merci à tous.

François

Pour voir les photos du jour cliquez ci dessous.

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 26 Août 2016

   La montagne de Ceüse

Dénivelé 750 pour 14 km

 

   La journée s'annonce belle et chaude.  Nous sommes 13.

  Nous partons du parking de l’hôtel de Ceüse .On prend à gauche les pistes de ski .

  Une belle montée, environ 2h environ . Un beau panorama s’étale sous nos yeux.

  Nous continuons sur les crêtes, la dernière étant la Lumineuse .

  Après une pause de 1 h pour le repas, nous reprenons notre marche sur un sentier qui nous emmène jusqu’au bout de la Manche puis nous revenons au point de départ.

  Merci à tous de m'avoir accompagnée et un plus pour les photographes .

Alice.

Pour les photos cliquez ci dessous.

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 26 Août 2016

Jeudi 25 Août 2016: Le Mont Pelat M B

 

   Du parking du Col de la Cayolle (2326 m) nous partons sur le sentier qui monte vers Col de la Petite Cayolle,nous longeons un petit lac sans nom bordé de linaigrettes, du Col (2639 m) vue sur le lac du même nom et premiers chamois dans les pierriers.Descente bien tracée en « Z » pour atteindre la cote 2384, puis à droite toute pour attaquer la longue montée au Pelat.

   Beau sentier bien balisé, alternant traversée, lacets serrés, puis grands lacets dans un monde minéral.

   Marmottes, chamois peu farouches nous permettent de faire quelques beaux clichés.

   Et là en haut se découpe sur un ciel bleu notre objectif. Montée régulière, pas de réelle difficulté pour ce «3050 m ».

   Tout le groupe se retrouve en haut avant midi. Panorama à 360°, sous un beau soleil, météo splendide...rien à dire!

   La pause casse-croûte se fait plus bas avec comme paysage le lac d'Allos. Trouspinette,petits biscuits,noix de cajou, melon en entrées....Un petit rouge pour le plat de résistance.....Roulé à l'abricot et chocolat pour accompagner le café. Que demander de plus!

   Retour sans soucis, avec arrêt sous un des rares arbres avant de reprendre la montée (250 m )pour le Col de la Petite Cayolle; une distribution de bonbons récompense ces efforts à l'arrivée au Col, en-dessous des éclats de diamant scintillent dans le lac.

   Dernière descente, un beau troupeau de moutons pâture dans le vallon, un peu plus bas on aperçoit le refuge de la Cayolle et après un dernier virage : le parking.

   Merci de nous avoir accompagnés. Ch B

13 participants ; Δ 1200 m ; 6h30 de marche.

Pour les photos cliquez ci dessous.

 

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 19 Août 2016

SEJOUR DANS LE QUEYRAS LES 17 et 18 AOUT 2016

 

1er Jour – Hameau de Souliers (Chateau Queyras) – Col de Péas (2629m)

12 Km – 850m de dénivelé.

 

   Dès 6heures30, le groupe de 14 randonneur(s-ses) inscrit(s-es) auquel se sont rajoutés 2 supplémentaires pour la première randonnée, a pris la direction de Souliers en récupérant Paul CHALLIOL à Chateau Queyras.

   A 8h15 nous nous engageons sur le GR 58 en direction du Col de Péas par le Serre de Crépaud. Nous grimpons par un sentier très bien tracé d’abord dans un bois, puis à découvert. Nous apercevons au passage quelques vaches pacifiques qui paissent tranquillement.

   Vers 10 heures, nous faisons une pause « casse-croûte » et nous apercevons quelques chamois au dessous de la crête der Clot Chamaurié,

   Nous repartons en direction du col de Péas en observant au passage l’ancienne mine d’amiante de Clot de Barbenc.

   Nous voilà au col ; un vent frais nous incite à redescendre afin de trouver un espace abrité pour le pique nique, marqué par l’ habituel partage de douceurs.

   Après une sieste réparatrice, il est temps de songer au retour et nous nous nous dirigeons vers le hameau de Souliers par le chemin de montée (aller-retour).

   De retour aux voitures, une surprise nous attendait : des rafraîchissements et un délicieux gâteau -Joyeux anniversaire Marie-Hélène et merci Elise !

   Nous rejoignons ensuite Abriès et nous nous installons au gîte d’étape « Le Villard » où nous avons eu un accueil exceptionnel – repas excellent et copieux avec en plus apéritif offert par l’établissement.

  Belle randonnée, très agréable sous un soleil jouant un peu à cache-cache.

Pour les photos du jour cliquez ci dessous.

 

2ème Jour – Valpreveyre – Col d’Urine – Ciabot del Pra – Col LaCroix - Ristolas – 8heures de marche – 1350m de dénivelé – 18 Km.

 

   Réveil 5heures30 – Petit déjeuner à 6heures – Départ à 6heures30.

   Nous quittons le gîte en prenant les voitures jusqu’au hameau de Valpreveyre.

   Nous nous engageons sur la piste de ski aboutissant au hameau et entrons d’emblée « dans le vif du sujet », la pente est prononcée, puis s’atténue quelque peu jusqu’au Clot Violan (sous la colette de Gilly).

   Nous continuons notre montée vers le Col d’Urine (2525m) après une pause « casse croûte » et en contournant un troupeau de moutons, afin de ne pas troubler sa quiétude et éviter l’éventuelle présence de « Patous ».

   Nous atteignons le col et « plongeons en Italie en direction de Ciabot del Pra (refuge de Jervis) que nous atteignons après une longue descente.

   Après une escale nous reprenons la montée en direction du Col LaCroix et après 200m de dénivelé environ, nous faisons la pause pique-nique, toujours « façon ABRG.

   Nous repartons et atteignons le col où nous faisons une pause quelque peu abrégée par un vent fort et assez froid (nous sommes à 2300m d’altitude),

   Nous descendons ensuite vers l’Echalp de Ristolas où M. DI MARCO -propriétaire du Gilte « Le Villard- a eu l’amabilité de venir nous chercher avec son mini-bus pour nous ramener à Abriès où nous attendait Maryse (épouse de Paul) pour emmener les chauffeurs à Valpréveyre pour récupérer les voitures laissées le matin.

   Très belle randonnée dans des conditions météorologiques clémentes,

   Séjour agréable ; ambiance toujours amicale, conviviale et solidaire dans le groupe, « comme d’hab. à l’A.B.R.G ».

 

   Merci à toutes et à tous de votre participation, de votre ponctualité et de votre esprit de groupe.

   Un merci particulier à Paul pour son aide précieuse, à Maryse, à Michel dévoué serre-file- et aux photographes.

Gilbert COUSIN

Pour les photos du jour cliquez ci dessous.

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 18 Août 2016

LE PIOLIT Jeudi 18 août 2016

 

880 m de dénivelée - 8 participants - 5h de marche

 

    Une randonnée fort agréable, aux portes de Gap.

   A la sortie Est de La Bâtie Neuve nous empruntons la route forestière du Riou Don et nous garons les voitures après le Pont.

   Nous commençons l’ascension par un sentier très bien tracé qui monte dans la forêt par de grands lacets; puis nous atteignons les Alpages.

   Arrivés au sommet nous découvrons un panorama superbe sur le bassin Gapençais, le Dévoluy, le massif des Ecrins, le lac de Serre-Ponçon.

   Après quelques photos (merci Geneviève) nous redescendons et trouvons un coin fort sympathique face au lac, pour la pause casse-croûte.

   Un moment de détente et il faut déjà repartir ; la descente se fait par une «variante signée Jean-Pierre» dans une belle forêt de mélèzes.

   Nous avons passé une journée très agréable et conviviale.

Merci à tous.

Monique M.

Pour les photos cliquez ci dessous.

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G