Articles avec #sejour tag

Publié le 16 Septembre 2017

  

8 au 14 septembre 2017.

 

 

Vendredi 8 et Samedi 9 septembre.

  

   Vendredi 13h : la caravane s'ébranle. Itinéraire touristique de Gap aux Estables à travers la Drôme et l'Ardèche. Il fait chaud, le soleil brille...

   Un petit arrêt pour photographier le Gerbier de Jonc et la source de la Loire (la seule, l'authentique, forcément). Nous y reviendrons si la météo le permet.

   Arrivée aux Chalets du Mézenc vers 17h45, et surprise sur le parking ! Deux visages connus nous accueillent : Christine et Michel (Bottega), en route pour la Vendée, font escale aux Estables… une coïncidence, bien sûr… !

 

   Samedi 9 : Retour vers le passé

    Au réveil, le soleil et la chaleur ne sont plus qu'un souvenir. Il pleut à verse... Qu'à cela ne tienne ! Nous allons visiter, au Monastier-sur-Gazeille, le musée de l'Ecole, où un couple courageux et inventif a rassemblé documents et mobilier des écoles de notre enfance.

   Bouffée de nostalgie garantie, et rires aussi quand nous coiffons le bonnet d'âne. Mais tout le monde se tire honorablement de la dictée à la plume sergent-major, et le maniement du boulier est une révélation...

   L'après-midi, un autre univers réveille les souvenirs des plus anciens : la ferme des frères Perrel à Moudeyres. Elle est restée telle qu'ils l'ont laissée en 1974. Et comme ils n'aimaient pas trop la nouveauté, on peut y admirer les lits-clos où l'on dormait assis, le « moine »pour réchauffer les draps, ou à portée de main dans la cuisine le séchoir/fumoir à jambon et saucisson. On termine par la grange immense comme une cathédrale où on peut détailler l'envers du gigantesque toit de chaume.

 

   Mais la journée n’est pas terminée : pour nous remettre en jambes, une petite balade au col de la Croix de Peccata (1h30 AR) , au pied du Mézenc, parce que, quand même, nous sommes venus randonner…

 

Elisabeth

Oublié le ciel capricieux !   

  Pour les photos cliquez ci-dessous.  

 

Dimanche10/09/2017.

 

Séjour aux Estables.

 

 

   Nous sommes 18 pour cette randonnée, puisque deux "Camping caristes" Christine et Michel se sont joints à nous.

 

   Le Lac de Saint Front : C’est donc un volcan de type "MAAR", occupé par un lac de 30ha et d’une profondeur de 7m, plus 47m de vase accumulée depuis l’explosion, datée de 130 000 ans. Il est alimenté par des sources souterraines et de petits ruisseaux. La Gagne, affluent de la Loire, y prend sa source. Situé à 1235m d’altitude.

 

   Formation du lac de Saint-Front : le phénomène est le suivant : le magma, en remontant vers la surface, rencontre dans le sous-sol une nappe phréatique ou un cours d'eau souterrain. Une partie de cette eau se vaporise alors sous l'effet de la chaleur ou de l'humidité, ce qui entraine une importante augmentation de la pression dans le sous-sol, au point que les roches en surface sont soudain éjectées à la manière d'un bouchon de champagne. Généralement, la nappe phréatique ou le cours d'eau souterrain qui a contribué à la formation du cratère alimente ensuite un lac dans le bassin ainsi créé. Les maars sont donc très souvent des lacs de forme circulaire aux pentes plus ou moins abruptes.

 

   On voit après cette introduction que la visite à l'école la veille, n'a pas été inutile.

   Venons-en à nos moutons : la rando fait 15 km et 330 m de dénivelé.

   Le départ du village de Saint-Front, au niveau de la mairie, emprunte un joli sentier qui, après avoir traversé la route, nous emmène vers les hameaux de " La Rochette" et "Sioulac".

   Nous continuons à travers les prairies où de nombreuses vaches et chevaux viennent nous saluer ; nous avons l'occasion de croiser de très belles fermes, même si elles nous semblent bien isolées.

   Les hameaux de " Montbrac" et "Roffiac" sont traversés avant de descendre vers le lac de Saint-Front. Le tour du lac et un bout de route goudronnée nous mènent près de la forêt de Chauderac.

   Il nous reste à rejoindre nos voitures, non sans redire une nouvelle fois un grand MERCI à Elisabeth et Alain pour nous avoir concocté un aussi agréable séjour.

Noel.

 

 

  Pour les photos du jour cliquez ci-dessous. 

Lundi 11 septembre 2017

 

LE PUY EN VELAY

 

 

 

   Le départ pour le Puy en Velay est fixé à 9 h 15 ; le ciel est gris avec du brouillard mais la météo prévoit quelques éclaircies.

 

   Visite de la vieille ville classée au patrimoine de l'UNESCO.

   Différentes ruelles ayant conservé leur caractère médiéval gravissent les pentes pour accéder à la cathédrale et au cloître.

 

   De nombreuses boutiques « Souvenirs » proposent des ouvrages en dentelle ; devant certaines de ces boutiques sont installées des dentelières.

   Un centre d'enseignement de dentelle au fuseau se trouve dans une de ces ruelles très typiques.

 

   Le cloître présente un plan rectangulaire, ses galeries comportent 19 arcades, elles sont soutenues par de robustes colonnes, surmontées de mosaïques multicolores.

   Ce cloître renferme le trésor d'art religieux : broderies, sculptures bois,une collection d'ornements liturgiques et tableaux.

 

   La cathédrale date du XI° et XII° siècle, on y accède par un grand escalier pour déboucher devant le choeur.

   Sous la coupole, l'autel d'Ory est de couleur chair. On admire le grand orgue, de très belles sculptures, la chaire du prédicateur, des tableaux, différents autels, les vitraux.

   La visite se poursuit vers la chapelle « le cœur marial » de la Vierge Noire.

 

   C'est en 950, que le premier départ du Chemin de Compostelle a été entrepris par l'évêque du Puy.

 

   Nous poursuivons notre visite vers la statue Notre Dame de France, érigée en 1860 lors de la guerre de Crimée , elle mesure 22,70 mètres et ses 285 marches nous permettent d'accéder au point culminant du bassin ponot. Un panorama exceptionnel s'offre à nous : la cathédrale, la ville avec ses toits rouges et la région (sous le soleil).

 

   La curiosité de ce site nous pousse à continuer notre ascension à l'intérieur de la statue par un escalier métallique en colimaçon qui se rétrécit au fur et à mesure de la montée au centre de la tête.

 

   La troupe a bien mérité la pause pique-nique, le jardin prévu à cet effet étant fermé nous nous retrouvons sur le parking Hyper U d'Aiguilhe.

   Le soleil est bien présent et nous poursuivons pour se rendre au Rocher et Chapelle Saint-Michel à Aiguilhe, dernier site à notre programme.

 

   Pour cela, nous empruntons un pont tordu du XIV° siècle, construit en 6 arches perpendiculaires au courant et qui enjambe la Borne ; l'évolution de l'axe du pont a changé en fonction du déplacement de la rivière et doit être toujours face au courant.

 

   Le Rocher de 82 mètres de hauteur est la cheminée d'un ancien volcan.

 

   La Chapelle dédiée à Saint-Michel fût édifiée au X1° siècle.

   Les travaux de restauration de l'autel réalisés en 1955 ont permis la découverte d'un très beau christ reliquaire en bois d'olivier du X° siècle.

   Le nettoyage récent des murs de la chapelle a révélé un ensemble de très belles fresques.

 

   La beauté de cette chapelle a été la récompense de nos efforts après l'ascension des 265 marches.

 

   Retour au Chalet des Estables vers 17 heures.

 

Un grand merci à Elizabeth Guillot, toujours très attentive au bien-être de chacun.

                                                                                                                       Yvonne

 

  Pour les photos cliquez ci-dessous. 

Mardi 12 septembre 2017.

 

Le tour du rocher Tourte

 

Randonnée d’une demi journée à cause du brouillard et du temps maussade.

Par un petit sentier bordé de myrtilliers et de bruyères, nous avons entamé notre randonnée autour du rocher Tourte.

Dans les rafales de vent , nous avons poursuivi en lisière de forêts . Un temps plus favorable nous a fait découvrir la maison forestière ; bâtiment de pierres typique du coin . Dans les pâturages immenses  broutaient des vaches de toutes races , des chevaux et même des ânes . Hi-han ! Hi-han !

L’ornithologue Elisabeth pourvue de ses jumelles nous a fait observer deux magnifiques milans royaux .

Nous avons aussi traversé des forêts denses , sombres presque oppressantes . Et bien sûr pour continuer un peu de dénivelé ce qui nous a permis d’apprécier de plus près le mont Tourte . Quelle belle allure avait-il avec ses tuyaux d’orgue de pierre !

Pour compléter la « tourte » il nous fallait quelques champignons ! Ah ! nous en avons vus mais aucun de bons. Tant pis pour la tourte aux champignons.

Alain le bienveillant et la douce Elisabeth avaient tout prévu ; même le soleil pour terminer cette randonnée avec vues panoramiques sur toute la région !

Marie-Jeanne et Marie-José

  Pour les photos cliquez ci-dessous. 

 

Mercredi 13 septembre

 

Ascension et tour du Mézenc

 

13 kms. 450mètres de dénivelé cumulé.

 

 

 

   Les 18 participants à cette rando, attendue depuis le début du séjour, sont joyeux et optimistes. Les sommets sont accrochés par les nuages mais le temps change vite ici, alors tous les espoirs sont permis !

   Nous démarrons la rando du Col de La Croix de Boutières (1506m),sur la ligne de partage des eaux « Méditerranée-Atlantique ».Un couple ami de Marie-France se joint à nous pour la matinée. Ils seront des guides érudits en géologie, histoire de la région pendant ce temps partagé.

   Au départ, le vent souffle très fort, mais dans les magnifiques sous-bois nous n'entendons que sa douce romance. Arrivés à découvert, la « Burle » redouble d'intensité. Les bancs de nuages masquent le panorama. Parvenus à la croix(1749mètres), c'est un « vent burlesque » qui nous accueille et nous avons toutes les peines du monde pour nous tenir debout et tenter de prendre quelques photographies ...d'un paysage fantasmagorique! Nous nous dirigeons sans tarder vers les tables d'orientation et sur le sentier nous découvrons par vagues intermittentes les sommets de l'Ardèche, du Forez...mais difficile de distinguer le mont Blanc ou le Ventoux !!! Nous poursuivons la traversée vers la seconde table d'orientation du Mézenc (1753m) parmi les coulées de lave solidifiées et fragmentées (véritables « rivières de pierres »). Le sentier est bordé de lauzes pour éviter le piétinement des pelouses sub-alpines rares.

   Nous reprenons la descente et la poursuite du Tour du Mézenc. (Celui-ci est constitué de 2 dômes et il est le point culminant de la Haute-Loire). Nous retrouvons la forêt, le calme et le soleil aussi. A la croix de Peccata, le couple invité nous quitte. Alain, Henri et Mado préfèrent rentrer directement sur le Col de Boutières. Le reste du groupe poursuit la marche agréable en sous-bois. A 13h15, l'arrêt pique-nique dans une clairière est salvateur pour tous. Le soleil et la douceur de la température incitent même à une petite sieste !

   Requinqués, nous reprenons notre marche sur une plate-forme d'abord, avant d'amorcer une descente et enfin terminer par une montée qui nous permettent de rejoindre les voitures. Tout au long du retour nous avons l'occasion d'admirer les paysages, la végétation variée (dommage ! les épilobes, les gentianes et les genêts sont défleuris et les bancs de myrtilles sans fruits...).

   Une journée magnifique et inoubliable. Même si nous n'avons pu admirer le panorama espéré au faîte du Mézenc, nous aurons le souvenir d'un sommet « décoiffant » !

   Un grand merci à Elisabeth et Alain, qui, tout au long de cette semaine, nous ont concocté un programme intéressant et varié, adapté à une météo capricieuse. Randonnées et visites touristiques ont comblé nos journées avec un infini plaisir dans une ambiance chaleureuse et joyeuse.

Gisèle.

  Pour les photos du jour cliquez ci-dessous. 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Séjour

Publié le 1 Septembre 2017

 

Randonnée du 29 août 2017.

 

 Le Lac d'Amour. Le Col du Coin. 

 

15 randonneurs 720 mètres dénivelée 11 km 5h30.

 

13 femmes et 2 hommes donc ... chouchoutés par elles..

 

    Départ en direction du Col du Pré où on fait une première halte pour admirer le Mont Blanc. Depuis Tréicol, l'itinéraire part sur la piste d'alpage qu'il suffit de suivre en coupant quelques virages pour monter directement le long des cascades.

   Au Presset, un étroit sentier s'élève en surplombant le vallon pour arriver au lac d'Amour , superbe au pied de la Pierra Menta, une grosse molaire qui émerge de la crête. En contournant ce lac, on rejoint la trace qui nous mène au Col du Coin où on décide de manger, bien à l'abri du vent. Depuis ce col, un petit lac en forme de cœur nous attirait. Un petit sentier nous y mena facilement et surprise, un deuxième lac se cachait derrière le rocher. La descente dans le vallon fut agrémenté de quelques sifflements de marmottes, éblouies par tant de femmes !! Par contre les cochons de la Conchette sont restés indifférents!!!

   De retour aux voitures, il est encore tôt et on va voir le Barrage de Roselend commencé en 1956. Quelques chiffres clés EDF : en Savoie il y a 51 chutes hydroélectriques et 12 grands barrages avec 400 mètres de galeries souterraines. On poursuit par la chapelle de Roselend, submergée par l'eau du barrage mais ensuite reconstruite à l'identique. Ses deux cloches sont différentes car l'une qui a été volée a été remplacée par une autre subventionnée par EDF. Il fait chaud à notre retour à Aréches et une petite halte chez Dédé est la bienvenue .

   Trés belle journée ensoleillée, avec de superbes paysages, groupe homogène bien encadré par Mady et Jean Pierre.                                                                                  Brigitte.

 

   Pierra Menta signifie pierre du milieu parce que son obélisque indique la position du soleil à midi .

 

Pour les photos cliquez ci-dessous.

*****************************************************************

 

Rando du Mercredi 30 Août 2017.

 

 Lacs de la Tempête (2131m) 

 

Dénivelé 850m , Durée 5h, 11 km.

 

 

     Départ d'Arêches en direction du barrage de St Guérin.

  A 8h45 nous prenons la piste rive droite pour arriver à la passerelle himalayenne, qui mesure 80m de long et est à 20m au dessus de l'eau, certaine n'était pas très rassurée.

   Finalement tout s'est bien passé et nous avons pris le sentier un peu raide et glissant par endroit avec beaucoup de pierres.

   Après avoir traversé plusieurs petits ruisseaux, et fait quelques arrêts nous arrivons au col de la Louze (2119m) là, nous pouvons découvrir un magnifique point de vue sur les sommets du Beaufortain et sur le Mont Blanc chapeauté de nuages.

  Nous poursuivons notre chemin entre éboulis et escarpement vers le 1er lac de la Tempête, à midi nous sommes arrivés et chacun s'installe avec son pique-nique. Comme accompagnement nous avons le bêlement et les sonnailles du troupeau de moutons situé sur le versant opposé.

   Après le repas, Mady propose de découvrir les autres lacs, 9 personnes la suivent pendant que les autres profitent de faire une bonne sieste.

  A notre retour, vers 13h30, le temps devenant menaçant, nous décidons de redescendre tranquillement. André nous aide dans les passages un peu scabreux.

   Arrivés au croisement en bas de la prairie, nous laissons la passerelle pour prendre la piste de la rive gauche jusqu'au barrage.

   Après cette belle journée ensoleillée nous reprenons nos voitures.

   Encore une journée réussie, merci Mady.    

 

                                                                  Les Claudettes.

 

 Pour les photos cliquez ci-dessous. 

*****************************************************************

 

Randonnée du 31 août 2017 lors du séjour à Arêches.

 

 Col de la Bathie et refuge des Arolles. 

 

 

7 participants, environ 9 km, 800m de dénivelé, 5h de marche.

 

 

Par ce jeudi 31 août et une journée plutôt embrumée et pluvieuse

Partirent pour une sortie un randonneur et six randonneuses.

 

Plutôt transpirants en partant et ressemblant à « des chauves- souris »

La destination prévue par Mady était le col de la Bathie.

 

Nous sommes montés, tantôt par le sentier balisé, tantôt par la piste

Et n’avons rencontré tout juste qu’une famille de quatre touristes.

 

A dix heures, nous avons fait une petite halte dans le brouillard,

Bien abrités de la petite bruine sous le toit d’un hangar.

 

Là !! Surprise, André a vu un troupeau de « moutons très jolis »

Qui se sont transformés en belles chèvres photographiées par Mady.

 

Arrivés à la bifurcation allant au col de la Bathie ou au refuge des Arolles

Bien trempées les deux  Claudettes sont montées au refuge et les autres au col.

 

Nous avons laissé sur notre droite la croix blanche du col de la Bathie

Et nous nous sommes dirigés vers le refuge par la crête sous le vent et la pluie.

 

Descente parmi les plants de myrtilles pour arriver au refuge très accueillant,

Contents, nous nous sommes débarrassés de tout notre attirail dégoulinant.

 

Après avoir trinqué avec les dames du lieu avec la trouspinette, recette de Noël

Nous apprécions notre pique-nique qui nous procure un bienfait bien réel.

 

Nous essayons d’imaginer la belle vue sur les montagnes environnantes

Et la dame du refuge nous sort une table d’orientation étonnante…..

 

Le chemin de retour par quelques panneaux bien incongrus !!!

Nous permet d’arriver aux voitures en ayant bien ri sans retenue.

 

Christiane et la bande des chauves-souris.

 

 

 Pour les photos cliquez ci-dessous

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Séjour

Publié le 22 Juillet 2017

 

Séjour en Haute Savoie : du 17 au 20 juillet par Murielle et Jean-Pierre.

 

   Jour 1 : lundi 17 Gap → Lovagny via Grenoble

   Course d'orientation pour arriver au Parking en-dessus des Gorges du Fier, lieu de notre regroupement pique-nique.

   Puis visite extérieure du Château de Montrottier avant de descendre vers le Fier.

   Une passerelle à 24 m au-dessus du torrent nous permet d'apprécier le site.

   Après le "portail" (entrée des Gorges), on pénètre dans la faille où le Fier au cours des années a modelé les roches : têtes humaines ou animales....

   Une échelle nous indique la hauteur des eaux lors des différentes grandes crues (impressionnant!).

   Plus loin la "Mer des Rochers" sans oublier la Roche aux Fées et la Légende du Petit Page.

   Tout au bout, suivant la météo et les saisons, on peut voir des sirènes et des dauphins profiter des marmites et du cours d'eau qui a retrouvé son calme.

   Retour par le même itinéraire.

   Le Fier prend sa source au pied du Mont Charvin à 2019 m d'alt,,après 70 km il rejoint le Rhône en aval de Seyssel.

   Traversée d'Annecy en essayant de rester groupés pour Talloires et le Centre des Allerions pour prendre possession de notre espace.

   Après avoir vaqué selon humeurs et envies....rassemblement avant le repas pour un arrosage....bienvenue au club des retraités Eliane (et merci). Ch B

 

  Pour voir les photos cliquez sur l'image ci dessous.

*************************************************************

  Jour 2 : Au menu : La Tournette.

 

   Grand beau, petit déjeuner matinal pour s'attaquer et apprécier le plat du jour.

   Le Col de la Forclaz, Montmin et le Parking des Prés Ronds 1227m .

   Suite de montagnes russes à travers prés, bois de noisetiers, vernes....un moment de réconfort au Chauvet 1674 m, pour rassembler les troupes et prendre quelques forces, car nous n'en sommes qu'aux entrées.

   Le paysage passe du vert au gris, le minéral est de plus en plus présent, nous laissons à droite la pointe de la Beccaz (!!!) et cheminons en crête (à droite le massif des Aravis et un peu plus loin le Mont Blanc qui joue à cache-cache), notre plat de résistance se dessine vers la pointe de Bajulaz, beau passage raide. Contournement du "gros rocher" pour arriver au pied de la Tournette.

   Des flèches rouges nous donnent la direction: chaînes, rochers, marches taillées, échelles et tout en haut la Croix 2308 m et un magnifique panorama : le lac, le Mont Blanc (toujours aussi timide!) et beaucoup d'autres sommets (inutile de les citer de peur d'en oublier).

   Pique-nique au pied du "monument" , mais soit avant ou après le repas tout le monde est monté sur "le fauteuil".

   La suite c'est fromages et dessert : plusieurs passages avec chaînes sont à négocier prudemment et demandent une certaine attention.

   Plus bas, des bouquetins nous émerveillent et des chèvres lèchent quelques gambettes salées.

   Un petit détour vers la refuge de La Tournette, belle bâtisse fermée, puis à côté du Chalet du Casset....avant d'avoir en vue le Chalet de l'Aulp 1426 m où un dessert (?) réparateur nous fait saliver.

   Mais point de folie ce sont des boissons fraîches que nous commandons et dégustons.

   Les voitures s'étant miraculeusement déplacées...merci Adri ta démo à la Croix a fonctionné...c'est confortablement installés et à peine secoués que nous sommes descendus jusqu'au parking du matin pour rallier notre hébergement.

   Δ 1300 m // 13 km // 7h de marche // 17 partic

   Pas de temps mort, juste le temps de prendre une douche et de s'attabler pour le repas du soir. Ch B

La trace Visugpx:    http://www.visugpx.com/fTyryVCwDI

   Pour visionner un fichier Visugpx ; cliquez sur « Plan » dans le coin en haut à gauche et choisissez IGN ou IGN Sat. Cliquez ensuite sur le carré avec 4 flèches dans le coin en haut à droite pour passer en plein écran. Agrandissez avec la molette de la souris. ( Avant, arrière.) Faire Echap pour revenir en arrière.

  Pour voir les photos cliquez sur l'image ci dessous.

****************************************************

Jour 3:  La Pointe de Talamarche.

 

 

Mercredi 19 juillet 2017

 

   Nous partons à 7h45 pour la POINTE DE TALAMARCHE. 17 personnes sont de la partie. La randonnée débute du CHALET DE L’AULP (1 426m) à 8h30min.

   Nous commençons, dans un sous-bois, par descendre de 100m pour franchir un petit ruisseau. Sur cette partie, au pied d’un arbre, Christine nous fait remarquer un reste préhistorique … une défense de mammouth fossilisée !!! Nous hésitons encore à faire part aux scientifiques de cette découverte !

   Nous remontons ensuite toujours en sous-bois, passons devant le CHALET des CARABINIERS (jolie vue sur le LAC D’ANNECY), puis au col DES NANTETS, et ensuite devant le CHALET des NANTETS (1 461m). Ah ! Mais nous sommes plus hauts qu’au départ ! Nous avons pris 15 m en … non je ne vous le dirai pas, j’aurai des complexes. Vous ne connaîtrez ni la distance, ni la durée. Par contre je peux vous dire que la montée n’était pas difficile et qu’il faisait un beau soleil.

   Nous poursuivons sur des lacets, tantôt à l’ombre, tantôt au soleil. Un troupeau de chèvres broute allègrement et nous gratifie d’un charmant concert de picots aux sons mélodieux. Mais il y avait un bouc, et il sentait très fort. Mady est allée les voir de près, leur a dit bonjour, peut-être merci aussi !

   Ensuite nous franchissons quelques rochers avec une grande facilité. Nous nous étions bien entraînés hier ! Et nous avons débouché sur une belle combe verdoyante. Dans l’herbe des vaches paissaient. Sur notre droite, le ROC LANCRENAZ, sur notre gauche la ROCHE MURRAZ, et tout au fond nous voyons déjà la POINTE DE TALAMARCHE. Nous traversons donc cette combe et au bout, un peu en contre-bas, un berger vit dans un chalet bien fleuri.

    C’est l’heure du grignotage … et nous nous lançons à l’assaut de notre but. La montée se déroule dans une prairie très fleurie (voir les photos de Mady). Nous arrivons au sommet à 11h. Il est trop tôt pour le repas. Donc, un petit tour sur les crêtes, un coup d’œil sur LES LAMES DE LANFON d’un côté, de l’autre côté sur le MONT BLANC et « notre fauteuil » d’hier.

   Nous redescendons à la recherche du coin idéal pour le pique-nique. Et comme le ciel devient un peu couvert, nous retournons sur les flancs du ROC LANCRENAZ. Le pique-nique est très copieux … et se termine avec des croquants de Dédé : un régal ! Le temps semble vouloir se gâter vraiment. Donc seuls cinq courageux montent au ROC MURRAZ, pendant que les autres retournent lentement vers LE CHALET DE L’AULP.

   Bien sûr, nous avons bu un verre bien mérité.

   Merci aux meneurs et au temps qui finalement a tenu !

N.P.

Trace VisuGPX ICI-> http://www.visugpx.com/vcZ1PbD9PX  

 

  Pour voir les photos cliquez sur l'image ci dessous.

********************************************************

Jeudi 20 juillet 2017 4ème jour

   La veille au soir, le programme et le timing du jour avait été soigneusement établi, hélas, c’était sans compter avec les caprices de madame météo.

   Dès 6H du matin, nous avons compris que notre affaire était dans le lac, horizon bouché, petite pluie continue, couleur prédominante, le gris….

   Nous changeons alors notre fusil d’épaule, la petite rando prévue aux Tours Saint Jacques n’aura pas lieu et nous nous rendons directement à Saint Ours à la coopérative laitière où nous faisons provision de bons fromages du cru.   

   Au fil des heures, nous constatons avec regret que le beau temps semble vouloir se réinstaller et c’est sous un soleil riant dans un ciel bleu et limpide que nous regagnons notre capitale douce.

   Heureusement, nous avons pleinement profité de 3 jours exceptionnels. Merci à Mumu et Jean-Pierre, organisateurs de ce séjour et à Michel notre serre-file patient et efficace.

Marie-Jo

**********************************************************

Haute Savoie : l'hébergement au Centre de vacances les Allerions

 

   Un hébergement comme on les aime.

   Des chambres de 2 à 5 lits avec sanitaires complets.

   Une restauration simple mais bien préparée et en quantité, des pique-niques copieux et adaptés pour des marcheurs.

   Un centre où la propreté est à signaler, le tout en pension complète pour un prix extra.

   Alors bravo à l'équipe qui nous a reçus, continuez c'est super!

   Un grand merci à Murielle ( l'organisatrice), à Jean-Pierre ( conduite des randos) et à ceux qui assurent la sécurité et ont le souci des participants.

   L'ABRG....ce n'est pas qu'un club de marche....c'est avant tout une AMICALE. Ch B

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Séjour

Publié le 4 Juillet 2017

 

Villard Reymond. du 27 juin au 1er juillet 2017

 

 

Nous sommes vingt à quitter Gap pour notre séjour à Villard Reymond.

 

   Malheureusement, le mauvais temps ne nous a pas permis de profiter au maximum de ce qui nous était proposé. (Par contre, la bonne humeur était toujours de la partie et l'accueil de Sylvie et Bruno de qualité)

 

   Une seule journée était propice à la randonnée, Jean-Pierre a mené son groupe sous le Col du Rochail.

 

   Quant à moi, j'emmenais un groupe de huit randonneuses sous le Grand Renaud et la croix du Carrelet. (650m de dénivelé et 9 km environ)

 

   En voici le compte rendu.

 

   Il fait frais lors de notre départ du "gîte de l'eau blanche" par la départementale 210, et avant le premier virage nous prenons la piste à notre gauche.

 

   Un sentier bien balisé nous mène à un abri de tôle (nous l'avions visité la veille sous la pluie).

 

   Le sentier s'élève sur la droite de l'abri, mais il requiert un peu d'attention car l'herbe est haute et le sentier moins bien marqué. Nous longeons le torrent du Grand Riou, déversoir du cirque au-dessus de nous.

 

   Nous marchons sur des grêlons tombés la veille, et ce, jusqu'au changement de direction à l'altitude de 1900 m environ.

 

   Direction plein Est, et là, nous apprécions le remarquable travail effectué pour débroussailler le sentier jusqu'au terme de la randonnée.

 

   Nous passons au Clot de la Selle avant de rejoindre la crête de la Croix et la croix du Carrelet.

 

   Le sentier sous la croix est très boueux et glissant, mais tout se passe au mieux ; nous rejoignons ainsi le lieu-dit : les maisons du loup.

 

  Une table s'offre à nous pour le casse- croûte, mais le fond de l'air est frais. La décision de faire la sieste au Col du Solude est prise d'un commun accord.

 

   Cela permettra à Geneviève, qui a des obligations, de nous quitter un peu plus tôt et de rentrer à Gap dans de bonnes conditions.

 

  Fin de la randonnée et retour au gîte.

 

Merci à toutes.

 

Les photos du 29-06-17-Petite Balade sous la pluie ICI

30 juin 2017 Rando "Noël" Les photos ICI.

 

Col du Rochail

Villard-Reymond :Jour 3 – vendredi 30 juin 2017.

 

   Il a été décidé la veille d'un lever et départ assez tôt, pour profiter de la météo clémente jusqu'en début d'après-midi, d'après les prévisions.

   Le jeudi en début de soirée un orage de grêle est tombé sur le village et a bien poudré de neige les sommets alentour.

   3 voitures et 11 participants pour rejoindre par la piste le village de Villard Notre Dame.

   Un large sentier descend vers le ruisseau du Villard , 2 passerelles l'enjambent , au-dessus de nous le Péron, à gauche la Gorge dans laquelle se déverse de belles cascades.

   Nous gagnons de l'altitude entre les Clapières et Malvoisin , le parcours est émaillé de couleurs grâce à une flore variée.

   Le refuge communal des Sources (2268 m) est en vue et en face une harde de bouquetins se promène dans le pierrier.

   Après une petite pause, nous décidons d'avancer encore un peu ( des nuages gris chapeautent les sommets !!), traversée ascensionnelle d'un beau et long névé, petit itinéraire sur rocher pour atteindre un ressaut et le cône de déjection recouvert de neige (2522 m), le col du Rochail (2756 m) n'est plus très loin, mais le temps de plus en plus menaçant, nous incite à la prudence......après quelques photos pour immortaliser l'endroit, demi-tour.

   A côté du refuge un court arrêt pour prendre notre repas, puis descente par le même itinéraire.

   Une bien belle journée.... Merci Jean-Pierre. Ch. B

Δ 1200m // 11,5 km // 5h30 de marche

 

  Pour voir les photos  cliquez sur l'image ci dessous.

 

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Séjour

Publié le 23 Janvier 2017

 

*  Col de Porte - Gîte Cartusia  *

  * ♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦ *   

 * LE SKI DE FOND * 


     Décidément cette troisième semaine de janvier nous porte chance.

   Alors qu’à J-3 le doute planait et que, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, nous préparions les chaussures de marche , un changement radical de météo s’est produit.

   A notre arrivée au Col de Porte, nos yeux ébahis découvrent un paysage nordique féerique. La neige est bel et bien là, abondante et de qualité. Le rêve…

   Nous nous installons avec armes et bagages au gîte Cartusia où Nathalie nous accueille chaleureusement.

   C’est parti pour une semaine riche en activités diverses, raquettes, ski de fond, ski alpin.

 

   Les fondeurs ont évolué sur 5 sites nordiques différents.

   Mardi Nous découvrons le domaine du Col de Porte parfait pour cette journée froide -13° avec nuages, soleil intermittent et rafales de vent.

   Site à dominante forestière où de belles pistes serpentent dans l’ambiance ouatée des sapins croulant sous une épaisse couche de neige.

 

     Mercredi Le thermomètre remonte -9° et le soleil est plus généreux.

   Notre choix se porte sur la piste de liaison Col de Porte – Saint Hugues ouverte depuis hier soir, 9.4 Kms de descente à travers la forêt et passages dans de petits hameaux.

   Visite de l’église de St Hugues, musée d’art sacré contemporain où sont exposées des peintures monumentales de l’artiste Arcabas. Une curiosité.

   Après le repas pris à la salle hors-sac, nous effectuons le retour, 9.4km de montée, plus physique et fatigant que l’aller.

 

   Jeudi Autre domaine, le Sapey en Chartreuse qui nous offre une vue plus dégagée sur les sommets environnants, Chamechaude surplombant le village, l’Ecoutoux, la Pinéa.

   Il fait un temps superbe, soleil dans un ciel azur.

   Toujours de belles pistes mais la signalisation fait souvent défaut, sans l’aide de notre fondeur renifleur, nous aurions galéré.

 

   Vendredi Grand beau temps, températures en hausse. Nous élargissons nos horizons,

   Direction Saint Christophe sur Giers, domaine de La Ruchère à 1165m d’altitude.

   Dans un décor Grand Nord Canadien nous parcourons un réseau de pistes variées entre les sous-bois d’épicéas et les grandes clairières.

   Nous croisons à deux reprises nos amis raquettistes qui évoluent sur le même secteur.

   La ténacité de Jean-Pierre nous conduit au Belvédère des Riondettes, vue imprenable sur St Laurent du Pont et la vallée.

 

   Samedi Cap sur la Savoie, le Désert d’Entremont. Le site nordique des Entremonts se partage en deux plateaux, domaine du col de la Cluse et domaine du col de Mollard.

   Plus exposé, plus soufflé, la neige y est moins abondante. Pour la première fois des plaques d’herbe apparaissent mais la vue est époustouflante sur les sommets de Chartreuse et le mythique Mont-Blanc. Une journée inoubliable….

 

   Durant toute la semaine, les 8 fondeurs, très assidus, n’ont pas relâché leurs efforts, 93 km parcourus….. Merci à Jean-Pierre, Alain, Jean-Noël qui se sont relayés spontanément aux postes de meneur ou serre-file. Nous avons partagé des moments de pur bonheur.

   Si parfois dans l’Isère, ce fut la misère, là c’était SUPER !!!!!!!!

Marie-Jo

 

 

  Pour voir les photos cliquez ICI  

*x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x-x*

 

 *  Les raquettes. * 

 

 

Mardi 17 Janvier : Direction «  Le CHARMANT SOM  »

 

  Nous sommes 13 ce premier matin du séjour au Col de Porte pour la sortie raquettes. Treize courageux ! Température : - 13° et un petit vent qui nous rappelle que l’hiver est bien installé en Chartreuse !

 

  Aux commandes : Mady et Paul - But de la randonnée : « Charmant Som ». Le nom est enjôleur et les participants trépignent, impatients d’affronter les sentiers qui nous feront découvrir les paysages magnifiques mais aussi, il faut bien le dire, pour se réchauffer... Tout d’abord contrôle du bon fonctionnement des D.V.A. et après la cacophonie des bip-bip, la troupe s’enfonce dans la forêt domaniale de la Grande Chartreuse.

 

  Surprise : sous le couvert des résineux, plus de vent. On enlève une épaisseur, pas pour longtemps, car à l’Oratoire un blizzard glacial nous saisit. Remise des vêtements et en route pour le « Charmant Som ». La température devient polaire, le vent redouble ce qui contraint les accompagnateurs à trouver refuge dans la salle de traite de l’alpage d’estive où nous prendrons le repas de midi, protégés du vent. Il faut abandonner, le sommet n’est pas à notre portée. Un groupe de chasseurs alpins n’a pas eu le choix...

 

  La descente s’effectue par un sentier qui suit d’abord la ligne de crête, puis serpente au milieu des épicéas. Une bien belle journée !

 

- Patrice -

 

600 m d’ascension totale pour un trajet de 13 km, temps de marche effective : 4 h

 

 Pour voir les photos cliquez ICI  

***************************************************************

Mercredi 18 Janvier 2017

La Cime de Pravouta – Col des Ayes – Col du Coq

900m de dénivelé – 6h de marche

 

 

   Jour 2 : le renfort est arrivé, Jean Pierre- Michel- Christine et Micheline, au petit matin (le chalet n’était pas encore ouvert !...)

   Douze raquettistes en forme par -13°, en direction de la Pravouta : 900m de dénivelé, 10km… il fait beau, la neige est excellente, une belle journée s’annonce.

 

   Nous attaquons une montée raide dans une forêt de sapins et de hêtres, la troupe suit sans problème…

   Après 2h de montée, le paysage se dégage, le sommet paraît encore loin et pourtant nous arriverons à la cime de Pravouta (1696m).

   Une vue magnifique sur Chamechaude (2082m), la Pinéa et le Charmant Som à l’est et la Dent de Crolles à l’ouest, en bas la mer de nuages.

 

   L’objectif est atteint, nous méritons bien un pique-nique à l’abri, avant d’attaquer la descente vers le col des Ayes. Belle descente, épique dans une poudreuse légère et profonde, nous croisons quelques skieurs qui évoluent… (des pros sûrement).

   Après le col du Coq, longue traversée avant de retrouver nos voitures.

 

   Pour terminer la journée : la visite de l’église de Saint Hugues en Chartreuse (la cerise sur le gâteau), c’est aussi un musée où sont exposées les œuvres d’Arcabas, effectuées entre 1953 et 1991, réalisations les plus abouties de l’art sacré contemporain.

 

   Merci à Jean Pierre pour son efficacité et à la joyeuse bande qui l’accompagnait…

 

AMG

 Pour voir les photos, cliquez ICI.  

<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<<>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Jeudi 19 Janvier : COL de la RUCHERE

   Sous un grand soleil, départ de la Correrie (850 m) où se trouve le musée de la Grande Chartreuse. Là encore, mariage heureux du blanc et du bleu, nos couleurs préférées... Notre groupe de raquetteurs traverse la forêt domaniale du Mt Dieu. Les feuillus, sapins et épicéas centenaires ont permis de labelliser le site en forêt d’exception.

   Une piste, puis un sentier nous conduisent sans peine jusqu’au Habert de Billon ; il est un peu tard pour envisager un détour par le Col d’Arpison aussi on met le cap sur le Col de la Ruchère (1407 m). Il fait chaud ; il fait beau alors profitons du lieu ! Plus haut, les escarpements des falaises du Petit Som d’où dévalent de talentueux skieurs.

   Après la pause-déjeuner petit exercice de recherche de D.V.A. en équipe ; J.Pierre notre guide présente l’examen d’une coupe de neige pour une bonne compréhension de la stabilité du manteau neigeux.

   Dans la neige, poudreuse et sèche, la descente devient un jeu ; nous voilà déjà de retour et la fin de ce parcours va nous permettre d’admirer, en le dominant, le merveilleux site de la Grande Chartreuse : les petites maisons alignées, le quadrilatère des cellules, les toitures et clochetons. Un espace de grand silence...

- Monique -

12 Participants, 685 m de D, 14 km et 4 h 30 de marche

 Pour voir les photos cliquez ICI. 

♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦

  Vendredi 20 Janvier - COL et PRE de la MORTE - ARPISON

 

 

   Ce matin, on pourrait chanter « Tous Ensemble » avec les raquetteurs, les fondeurs réunis au départ des pistes de la station La RUCHERE. Le circuit est bien balisé et pratiqué, en sous-bois dans les sapinettes ; les végétaux sont habillés de glace : instant magique pour les photographes.

 

   Arrivés sur le secteur de l’Arpison, nous nous relayons avec plaisir pour faire trace jusqu’au Pré de la Morte. Magnifique découvert à la croisée des pistes de fond où nous allons nous installer (comme au rallye M.C.) pour applaudir les fondeurs. Que nenni aucun d’entre eux !

 

   C’est en bordure de piste noire en forte pente que nous croisons les fondeurs en pleine action. A chacun sa glisse pour le retour !

 

Impression de Roselyne :

 

«  Toutes ces forêts sont magnifiques, un régal pour nos yeux avec un vrai spectacle d’hiver. Dommage il n’y a aucune trace ni présence d’animaux »

 

16 présents - 550 m de D

  Pour voir les photos Cliquez ICI  

Deuxième groupe.

Pour voir les photos cliquez ICI  

*******************************************

 

   Samedi 21 Janvier Le CHARMANT SOM

 

   Sortie Raquettes menée par Paul.

   Direction « Le Charmant Som » depuis le Col de Porte où nous sommes hébergés. Sous un ciel bleu azur, nous allons emprunter le même itinéraire que le 1er jour.

 

   La montée s’effectue par une piste forestière jusqu’à l’Oratoire d’ORGEVAL à 1640 m d’altitude. La vue se dégage sur des pâturages enneigés et sur le sommet convoité. A partir des étables, nous progressons lentement jusqu’à l’anté-cime et enfin le dernier mamelon surmonté d’une croix. Nous y sommes !

 

   De là-haut, nous avons une vue splendide à 360 ° sur le massif de la Chartreuse, la chaîne de Belledonne. Au loin le Mont Blanc, majestueux, domine l’horizon. A nos pieds le couvent de la Grande Chartreuse et le Col de la Ruchère.

 

   Une petite bise nous amène à pique-niquer en contrebas, à l’abri. Des chocards à bec jaune viennent quémander quelques bouts de fromage dont ils sont friands. La descente s’effectue sous un beau soleil. Nous progressons sur les crêtes qui nous rapprochent du Mt Pinéa, en suivant un GR de Pays ; puis nous terminons en forêt jusqu’au gîte.

- Pascal -

5 présents - 800 m de D - 15 km

  Pour voir les photos Cliquez ICI. 

**************************************************

Samedi 21 janvier 2017 L'Emeindras du dessus. 

 

   8 raquettistes 1420 mètres 4h30 de marche dénivelée 520 mètres

 

   Pour cette dernière journée dans la Chartreuse, de nouveau deux groupes de rando se sont formés. Un groupe est parti du foyer de ski de fond du Sappey en Chartreuse en direction de l'Emeindras de dessus .Dès le départ, le Chamechaude, point culminant de la Chartreuse à 2082 mètres s'impose à nous.

   Le chemin monte en douceur en forêt au milieu des épicéas et des hêtres. Un passage dans la clôture, puis on traverse l'alpage de Montjalat avec ses chalets. Le chemin continue dans cette belle forêt qui nous enchante depuis le 1° jour.

   On délaisse un peu le chemin bien balisé raquettes pour passer à l'Emeindras le dessous et son alpage avec les ruines du chalet emporté par une avalanche en 1980. Encore un petit effort et on atteint les chalets de L'Emeindras le Haut nichés dans les alpages au-dessus de la vallée du Grésivaudan.

   De là, tout en mangeant bien installés au soleil, on bénéficie d'une très belle vue sur le Chamechaude, la Dent de Crolles (avec une partie de notre itinéraire du 18 janvier ), le Grand Som, tout le Massif de Belledonne, le Vercors... le Mont Aiguille, le Grand Veymont etc..

   Le chemin de descente nous propulse très vite 200 mètres plus loin, puis c'est la route forestière et le retour aux voitures. C'était encore une très belle journée. Merci à tous. Mady

  Pour voir les photos cliquez ICI. 

-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

Soirée Fondue.

Les photos ICI.

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Séjour

Publié le 21 Janvier 2016

SEJOUR LES ROUSSES DU 17 AU 23 JANVIER 2016

36 PARTICIPANTS

    Notre séjour neige s’est déroulé cette année à la station des Rousses située en plein cœur du Parc Naturel Régional du Haut Jura.

   Cette station regroupe 4 villages : Les Rousses, Lamoura, Prémanon et Bois d’Amont ce qui constitue un immense terrain de jeu naturel où nous avons pu nous livrer à nos activités favorites, raquettes, ski de fond, ski alpin.

   Nous n’avions que l’embarras du choix, nous aurions voulu être partout….

   Une neige d’exception a même suscité une vocation d’accompagnateur. Merci Robert d’avoir mené les sorties raquettes et ski de fond de nos chères têtes blanches.

   Froid, chutes de neige, éclaircies, brouillard, soleil, la météo nous a présenté toute sa palette de temps changeants. Un après-midi trop maussade nous a permis de découvrir les caves d’affinage des meules de comté au Fort des Rousses, une visite guidée particulièrement intéressante.

   Nous étions hébergés au Chalet Côté Dôle niché dans un vallon bordé de forêts de sapins, aux pieds des pistes de ski alpin, proche de la frontière suisse.

   Un havre de paix où nous avons apprécié l’accueil, le confort et les bons petits plats.

   Une semaine trop vite passée dont nous gardons en tête les souvenirs de tous ces bons moments passés ensemble.

Marie-Jo

************************************************************

La Dôle 18 janvier 2016

5 participants 500 mètres de dénivelé,10 km 5heures

 

   La météo prévue peu engageante pour le reste de la semaine nous invite à commencer notre séjour par le sommet suisse qui s'offre à nous, en face de notre chalet, la Dôle, station météorologique et radar de guidage aérien.

   Depuis le chalet des Dappes, on alterne la montée dans les bois d'épicéas et le bord des pistes de fond pour arriver au Col de Porte. Le vent redouble de puissance et on n'a guère envie de s'y attarder, encore moins d'y passer la nuit et pourtant ….

   La crête devrait nous offrir un superbe panorama du Cervin à La Meije en passant par le Mont Blanc et bien sur le Lac de Genève à nos pieds, mais les nuages ne se décident pas à s'éloigner même après notre rapide repas au pied du mur (avec une rencontre un peu spéciale) .

   On se contentera de quelques éclaircies pour voir malgré tout quelques sommets de la chaîne du Mont Blanc. On continue la descente et le retour au chalet dans une neige super agréable. Cette première journée nous a fait découvrir les superbes paysages du Haut Jura. Mady

Les photos ICI:

*************************************************************

Mardi 19 janvier 2016

 

   Le mauvais temps annoncé, on s'est replié sur une petite rando raquette avec l'accompagnateur du chalet.

   Bruno nous promène entre France et Suisse, au dessus des pistes d’entraînement du Biathlon puis à côté du chalet du Club Alpin Suisse.

   On apprécie tous ses nombreux commentaires sur l' histoire du pays . L'après midi visite guidée du Fort des Rousses et de la Fruitière avec dégustation de Comté .

   Une petite journée cool , ça fait du bien !!

Les photos ICI:

 

***************************************************

Le chalet d’Arxière (Jura) Mercredi 20/01/2016

 

   Nous sommes douze raquettistes à prendre la direction de la Cure : un petit village frontalier avec la Suisse, toute la journée nous évoluerons en Suisse !

   Une randonnée de 11kms dans une neige un peu collante mais toutefois bien belle…

   Dans le Jura nous parlons surtout de distance et pas de dénivelé !

   Des paysages magnifiques ressemblent aux cartes postales de Samivel…de gros chalets d’alpage agrémentent notre balade et nous imaginons de beaux troupeaux de vaches l’été (le lait servant à la fabrication du comté et du mont d’or).

   Après un pique-nique pris à l’abri d’un chalet à 1450m d’altitude, le chalet d’Arxière, nous attaquons la descente dans de la profonde , la boucle prévue a été rallongée de 500m pour éviter la piste de fond.

   Retour au chalet « Coté Dole » vers 16h et au total 400m de dénivelé !... certains rêvent d’un jacusi, d’autres de la piscine ou tout simplement d’une douche bien chaude…

AM

Les photos ICI:

 

*********************************************************************

La fruitière de Nyon (circuit raquettes)

21 janvier 2016

Distance : 15 km - Dénivelé : 520m - 12 participants
 

    Nous partons directement du chalet côté Dôle, direction La Givrine. Sur le moment, nous ne sentions pas le froid, mais une petite bise nous fait bien vite presser le pas. Nous passons quelques piquets enfouis dans la neige, et nous voici déjà en Suisse. Ici on ne rigole pas : les fondeurs sur une piste, les piétons et raquettes sur une autre, et 100 francs d’amende si vous trichez.

   La piste s’enfonce dans la forêt, dépasse La Genolière, un des rares chalets ouverts. La pente est douce, et chacun s’émerveille devant les épicéas géants couverts de neige. Nous doublons un groupe qui va déjeuner au chaud, à la cabane de Rochefort (CAS), que nous laissons derrière nous.

   Nous nous sentons héroïques, nous qui allons nous geler les doigts et le reste devant la fruitière de Nyon, but de notre expédition. Heureusement, en compensation, nous apercevons de ce belvédère le lac de Genève surplombé par quelques « monts blancs » anonymes, et 10 minutes après le redémarrage, ô miracle, le soleil daigne enfin sortir des nuages pour nous réchauffer un peu. Ce qui provoque chez certaines personnes une crise d’hystérie qui les pousse à se rouler dans la neige…

   Le paysage est de plus en plus magique, en particulier le vallon de la Combe grasse. Et malgré la fatigue, c’est presque à regret que nous bouclons la longue boucle qui nous ramène sous un ciel bleu azur au chalet.

Les photos ICI:

***********************************************************

Expédition au mont Sâla (1511 m) le 22 janvier

 

    Départ 9H après distribution et partage des vivres (réchaud, poêlon, comté, charcuteries pain et VIN BLANC ) entre les 16 participants, pour le Bois d’Amont - patrie de Léo Lacroix, Lamy-Chapuis et de notre guide Bruno.

    Montée en raquettes assez raide au départ, puis cheminement au travers des forêts d’épicéas recouverts de neige épousant différentes formes au gré de notre imagination.

    Paysages magnifiques aux immenses espaces vierges parsemés de quelques chalets d’alpage. Randonnée franco suisse suivant la découpe napoléonienne de1863 pour une histoire de fromage.

    Arrivée à la cabane des électriciens qui n’a servi qu’aux randonneurs où Bruno prépare la fondue comtoise alors que le groupe monte à l’assaut du sommet du mont Sâla. Spectacle grandiose avec vue sur le lac Léman ,la chaine des Alpes Mont Blanc, Aiguille du Midi, Cervin ..

    Après la fondue bien arrosée boostée par les potions magiques de Paul, descente par sentiers et alpages avec passage à côté de la Cabaniole ( petite cabane où les Suisses vendaient tabac et alcool ) de la borne frontalière du Bois d’Amont et vue panoramique sur le village.

    Au parking revue de matériel par Mady ……. 

Les photos ICI:

 

**************************************************

LE SKI DE FOND

   La neige tombant du ciel, la neige couvrant le sol, la neige habillant les sapins d’un lourd manteau blanc, la neige abondante, excellente, glissante fît, durant cette semaine, le bonheur des fondeurs.

   Nous avons sillonné ce magnifique domaine nordique aux pistes superbement tracées, agrémentées de nombreuses salles hors-sac chauffées et confortables, fort appréciées quand le mercure est en chute libre.

   Moments de plaisir, de détente, d’efforts et aussi de réflexion sur « la piste des pensées » jalonnée de citations philosophiques ou amusantes.

L’avantage d’être intelligent                         On ne peut admirer en même temps

C’est qu’on peut toujours faire l’imbécile        la lune, la neige et les fleurs.

Alors que l’inverse est totalement impossible.      Proverbe Japonais.

Albert Einstein
 

Quand on est mort, on ne sait pas qu’on est mort

C’est pour les autres que c’est difficile

Quand on est con, c’est pareil

Philippe Geluck
 

Un grand merci à Jean-Pierre, Alain, Jean-Noël pour la conduite et l’encadrement des sorties et merci à vous tous, bon groupe motivé et solidaire.

Total hebdomadaire de kms parcourus : 108

Marie-Jo

Les photos sont ICI:

***************************************************************

Ski alpin aux Rousses.

   Trois jours de beau temps nous ont permis de faire du bon ski.

   La neige de qualité et les pistes en excellent état, ont fait que nous avons profité au maximum de ce séjour, organisé de main de maître par Mady et Marie-Jo.

   Encore merci à toute les deux et à mes camarades de ski alpin.

Noël.

**********************************************************

 

Message de fin de séjour .

   Je voudrais remercier tous les participants de ce séjour pour leur enthousiasme , leur bonne humeur , leur patience et surtout les anciens qui sont vraiment formidables (avec une mention spéciale à Robert ) .

   Encore merci à tous et à bientôt sur les sentiers enneigés ou pas .

Mady

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Séjour