Publié le 27 Juin 2015

Entre Champsaur et Dévoluy

Jeudi 25 juin 2015 - 25 Participants.

   Ce sont 25 randonneurs qui se retrouvent en haut du bois de Poligny (05) prêts à en découdre avec les 1050 m de dénivellation prévue.

   C'est peu, 1050m, mais il y aura sûrement un petit bonus. De plus, une grande partie sera hors sentier, dans des alpages, très très pentus, et le reste dans de la grosse casse. Les articulations seront mises à rude épreuve.

   Un départ déjà très raide pour sortir du bois de Poligny et nous voilà sur le Pré la Chaup. Un court moment de répit, et bien vite, commence la longue traversée de la Clape.

   Au bout de cet immense pierrier il faut traverser un petit ruisseau, presque à sec à cette époque de l'année, et nous voilà sous Mourlachaoume. Quelques lacets nous permettent de sortir rapidement sur la crête. Les pentes de l'Aiguille paressent toutes proches mais il faut vraiment monter jusqu'au Col de Chétive. Des marnes, noires, dures, et pentues, obligent à faire un petit détour et monter jusqu’à la côte 1852 avant de redescendre à 1797. ( 55 mètres qu'il faudra remonter au retour).

   Mais en attendant au col, une petite pause casse-croûte nous permet de reprendre des forces. Nous avons déjà une belle vue sur le bas Champsaur.

Col de Chétive : 1797m, Aiguille de Roche Noire:2082m soit 285 m à grimper, sur une distance de 700 mètres. Pente moyenne 30 %, ça parle.

   Je cherche à monter en lacets, mais certains préfèrent monter tout droit, alors je les « libère » et c'est à qui sera le premier en haut de l'aiguille.

   Il faut maintenant redescendre une trentaine de mètres dans une pente pas très commode pour rejoindre la crête des Hauts Près. Nous la suivons un moment avant d'attaquer les dernières rampes. Le début est plutôt cool, mais plus on monte plus la pente devient raide. De Roche Noire à la crête : Distance 650m, dénivellation 300m = 40 % de pente moyenne. Cette fois tout le monde va faire des traversées. Quelques pauses seront nécessaires pour regrouper la troupe. Au sommet nous longeons la crête vers le nord jusqu'au cairn (cote 2431).

   Nous avons une vue imprenable sur la station de Super Dévoluy. Les «  grandes oreilles » du plateau de Bure paraissent toutes proches.

Au nord nous apercevons les sommets du Valgo ; l'Olan, la cime du Vallon, les Rouies, le Sirac... A l'ouest le Dévoluy ; l'Obiou, Tête de Lapras, Tête de l'Aupet, Grand Ferrand, tête et Roc de Granesier. Au sud, Chaudun et Rabou. A l'est le « bocage Champsaurin » dans son écrin de verdure.

Midi et demi il est temps de casser la croûte. Une jolie dépression sur la crête permet de recevoir tout le monde, à l'abri du vent et au soleil ; face aux grands sommets du Dévoluy.

   13h 45 il est grand temps de se préparer pour la descente "casse-pattes" qui nous attend. La pente herbeuse parsemée de rochers met les articulations à rude épreuve.

   Une petite remontée pour rejoindre le sentier de Chétive et la descente reprend vers la cabane des Pierres. (petite variante par rapport à la montée). Nous sommes sur la trace du GR 93 mais il est peu emprunté. C'est une partie vraiment pénible dans une casse, grossière et inégale. Une petite pause près de la cabane est la bienvenue.

   Pour rejoindre les voitures nous éviterons les sentiers de traverse. Nous suivrons bien sagement la piste forestière, cela évitera de ( se casser un poignet).

Distance : 11,800 km - Déniv : 1200 mètres

( Soit 150m de bonus, ou de malus à l'appréciation de chacun)

Temps de marche : 6h15 - Temps global : 7h45

Les photos ICI:

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 27 Juin 2015

Les Balcons de Rouanne

(25 juin 2015, 10 participants)

 

  De bon matin, à la fraîche, nous attaquons le sentier du Cuchon qui nous monte allègrement au cairn géant du Ranc où nous bifurquons vers le col de Combeau.

   La vallée de Rouanne et les sommets environnants se déploient devant nous. Sans nous en apercevoir nous atteignons après la traditionnelle pause casse-croûte notre premier point culminant, Pra Mau, 2160 m. Nous laissons aux ambitieux le soin de grimper jusqu'au col de Combeau, à la Petite ou la grande Autane. Aujourd'hui, a dit le chef, c'est journée cool et contemplative. Avec le sentier balcon nous suivons tous les contours et détours des ravins tantôt tapissés de fleurs, tantôt plus caillouteux. Dans les prairies, l'herbe est si verte et si douce qu'on en mangerait : nous envions les moutons ! D'ailleurs ça nous donne des idées : c'est l'heure du repas...         

   Enfin nous approchons des pentes du col de la Pourrachière, notre dernière grimpette, quand hélas ! une pierre traîtresse roule sous le pied de Gisèle, et crac, une cheville tordue ! L'entorse est probable, il est plus raisonnable de redescendre directement sur Rouanne haute où l'on peut accéder en voiture.

   La balade s'en trouve un peu raccourcie , mais personne ne se plaint, et la journée s'achève dans la bonne humeur grâce au courage de Gisèle et à l'esprit solidaire de tous les participants.

Alain et Elisabeth

Les photos ICI:

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 24 Juin 2015

La Cascade et la Marcellinas

 17 Participants (es)

La  via de la Cascade le matin ,et après un bon casse-croûte, la Marcellinas l'après-midi.

Et tout ça sous le soleil et dans une super ambiance. Bravo à toutes et à tous.

Voilà des journées entre amis comme on les aime.  JPR

 

Les photos ICI:

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 24 Juin 2015

Lundi 22 juin 2015

La crête du Barry

 

13 km en circuit, 950m de dénivelé, 5h30 de marche

Départ des Infournas-Hauts pour 7 randonneurs.

Nous mettrons 2 h pour atteindre le col du Cendrier.

Tout en montant sur ce très beau sentier nous avons pu voir sur un arbre un filament visqueux qui pendait.

Maddy en a fait plusieurs photos.

Il s’agit de l’accouplement des limaces, rarement observé.

A la fin de ce compte rendu de rando, j’ajouterai une petite explication avec des photos.

Le cheminement sur la crête est un vrai régal au milieu des rhododendrons.

Les 3 passages  « clé » dans les rochers ont été franchis sans problème par l’ensemble du groupe.

Le repas est pris au col de l’Escalier.

Le chemin du retour est un pur régal à l’ombre dans les bois.

Nous repassons par la Maison Forestière de Subeyrannes.

Nous apprécions l’eau de la source qui coule dans un très beau bassin taillé dans un bloc de pierre redescendu du Queyrel.

Merci à vous tous pour cette très belle journée.

Christiane

Les photos ICI:

 

----------------------------------------------------------

L’accouplement des limaces

 

   J’ai la chance d’avoir un terrain favorable à la survie de cet animal appelé gastéropode, j’ai donc la possibilité de les observer.

   Pour se déplacer, la limace sécrète du mucus, et pour fabriquer ce mucus, elle a besoin d’eau.

   Cet animal est nocturne, et l’accouplement se fait donc la nuit et se termine le matin de très bonne heure.

   La limace est hermaphrodite : elle est d’abord mâle et devient ensuite femelle sous l’influence d’hormones spécifiques.

   Lorsque la période de reproduction approche, le mucus libère des agents odorants indiquant la présence de partenaires.

   La limace monte dans un arbre, sécrète du mucus en grande quantité.Elle se laisse glisser sur ce filament ainsi formé.L’autre limace se laisse glisser sur ce filament et rejoint la première limace.

   L’accouplement peut avoir lieu au bout de ce filament. .

   A la fin de l’acte, je les ai vues se donner un baiser avant de repartir chacune de son côté pour pondre ses œufs.

   Il y a presque de la tendresse dans cet acte

   Je vous laisse maintenant observer les photos.

Les photos ICI:

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 22 Juin 2015

Jeudi 18 juin 2015 :

Col Garnier (Queyras) (2279 m)

 

 

   Avec un retour (ouf !) du beau temps, c'est-à-dire pas d’orage en après midi, la rando s’est déroulée au mieux : Sentier « pierraille » au début (se rappeler que Queyras = Quern) …, sentiers le long de falaises, sentiers herbeux en forêt, sentier d’alpage fleuri. Bref ! rando (sous le soleil … et les moucherons) appréciée, je l’espère, par l’équipe présente.

 

   A propos de sentier : pour répondre à certains, et après quelques recherches (livre « A travers le Queyras, sur les traces d’Hannibal », de Nicole et Jean Lapeyre), nous avons bien parcouru, ce jour là, la voie romaine de Guillestre (Gramison), rattachée à l’Empire Romain en 66 par Néron. La voie romaine, périlleuse, menait d’Eygliers à Gros puis au Col Garnier, à Furfande, aux Escoyères (du latin Excubiae : poste de garde), nécropole où subsistent encore des inscriptions gravées à la gloire de Bussulus, Préfet romain, continuait probablement par le sentier de Charve – Serre Pinou, et pénétrait dans le Queyras proprement dit par Villargaudin jusqu’à la vallée d’Arvieux (Arvum : terre labourée).

 

  « La voie romaine, dont on retrouve les restes en bien des endroits, franchissait les gorges de Furfande, les défilés de La Valette et de Garnier selon les moyens de l’époque : Les audacieux constructeurs élevaient dans les failles des murs de remplissage en pierres sèches facilitant l’écoulement des eaux. La technique du gabion en est directement issue. Cette voie fut longtemps utilisée par les queyrassins pour éviter le fond des gorges fréquentées par les brigands, les avalanches et les inondations … ».

Geneviève Vincent-Vivian

Les photos ICI

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié le 19 Juin 2015

RANDONNEE PEDESTRE DU JEUDI 18 JUIN 2015

Crête d’Arambre à partir de La Batie Montsaléon (Pont La Barque)

800m de dénivelé - 5heures30 de marche – 18 participant(s-es).

 

   A 7heures15 précises nous quittons notre parking habituel, direction Pont La Barque où nous garons les voitures. Nous mettons en place une navette entre les points de départ et d’arrivée (hameau de Claret –Serres-).

 

   Après avoir franchi le passage piéton inférieur sous la voie ferrée, nous nous engageons sur un sentier (PR) serpentant dans le « bois d’Arambre ». Nous avons pu apprécier une vue en balcon sur la vallée du Buëch, le village de La Bâtie Montsaléon et son petit aérodrome.    

 

   Après une petite pause casse-croûte, nous continuons la piste forestière qui nous amène au début du sentier conduisant au belvédère de St Vincent, au pas de la Louve et au carrefour du Sacre à partir duquel un sentier bien tracé mais très pentu nous permet d’accéder à la crête d’Arambre, point culminant de notre randonnée. Nous admirons le panorama à 360° ; nous apercevons même le Ventoux.

 

   Nous nous installons pour le pique-nique, toujours « façon ABRG » suivi d’une sieste réparatrice. Le temps est beau, tout va bien ; nous avons une magnifique vue sur le Serrois, le Laragnais et le Plan d’eau de Germanette.

 

   Il est 13 heures 15, il faut prendre le chemin du retour qui nous conduit à Claret où nous attend une voiture amenée ce matin, non sans avoir franchi avec un certain plaisir, une longue descente composée d’une épaisse couche d’éboulis sans aucun danger.

 

   Randonnée très agréable sous un soleil radieux , toujours dans l’habituelle bonne humeur, convivialité et amitié ; c’est l’ambiance de l’ABRG.

 

   Merci à toutes et à tous pour votre participation. Un merci particulier à Noël efficace et dévoué serre-file.                                                                               Gilbert COUSIN

Les photos ICI.

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G

Publié dans #Laragnais

Publié le 11 Juin 2015

Le Lac St Apollinaire

Dénivelé 650 m pour 10 km

 

   Nous étions 26 au départ de Gap pour le lac de St Apollinaire

   Nous nous garons au parking avant d’arriver au lac et nous commençons la marche sur un sentier que les orages des jours précédents ont un peu raviné.

   Nous passons près du lac et continuons la montée un peu raide du GR50 jusqu’à la cabane de Joubelle .

   Nous continuons toujours sur le Gr mais là la montée se fait plus douce sur un sentier qui serpente jusqu’au lieu dit Serre du Mouton

   Le groupe décide d’aller voir plus haut vers les aiguilles de Chabrière; il y a une belle vue! c’est un petit aller-retour.

   Nous reprenons le sentier vers la station de Réallon. Nous pique-niquons sous un beau mélèze. Il y a toujours quelques gâteaux à manger.

   Après 1 h30 de repos et bavardages nous nous mettons en route pour la fin du parcours.

   Nous avons une vue magnifique sur le lac de Serre-Ponçon et les villages autour.

   Vers 14 h30 nous rejoignons les voitures

   La journée ensoleillée a fait que la randonnée fut réussie et agréable.

   Merci à tous.

   Alice.

Les photos ICI.

 

Ecrire et voir les commentaires

Rédigé par A.B.R.G